Libye: médiation africaine et réapparition de Mouammar Kadhafi

Jacob Zuma (G) et Mouammar Kadhafi (D)
Jacob Zuma (G) et Mouammar Kadhafi (D) - © EPA

Le président sud-africain Jacob Zuma était, lundi, à Tripoli, pour rencontrer Mouammar Kadhafi, une visite pour négocier une issue au conflit libyen.

La télévision libyenne a diffusé des images de Mouammar Kadhafi qui accueillait Jacob Zuma à l'entrée d'un bâtiment à Tripoli. Il s'agissait de la première apparition publique du dirigeant libyen depuis quelques semaines.

Selon le président sud-africain, Mouammar Kadhafi s'est dit prêt à faire la trêve dans les combats mais il a posé ses conditions. Le dirigeant libyen estime que ce cessez-le-feu doit inclure toute les parties, y compris l'arrêt des bombardements de l'Otan.

Les opposants veulent d'abord le départ de Mouammar Kadhafi

La mission du président sud-africain n'a pas permis de progresser sur la voie d'un accord de paix, entre le régime de Kadhafi et les insurgés. Rien n'a bougé depuis sa première mission en avril.

D'une part, la feuille de route a été rejetée par le Conseil national de transition. Les rebelles libyens exigent le départ de Mouammar Kadhafi comme préalable à tout accord de trêve. D'autre part, cette nouvelle initiative diplomatique intervient alors que l'Otan a intensifié ses bombardements, pour porter le coup décisif au régime libyen.

Les défections se poursuivent dans l'armée du "guide" libyen. Huit officiers, dont cinq généraux, sont partis lundi. Ils ont appelé d'autres officiers à suivre leur exemple.

Pour sa part, le Conseil national de transition a annoncé que les forces de la rébellion libyenne s'appelleront désormais Armée de libération nationale. La rébellion vient aussi de lancer sa chaîne de télévision.

 

Nicolas Willems

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK