Libye: le Benelux reconnaît le CNT, "représentant légitime" pendant la transition

Mahmoud Jibril à Bruxelles
2 images
Mahmoud Jibril à Bruxelles - © GEORGES GOBET/AFP

Les trois pays du Bénélux ont donné mercredi un coup de pouce à l'insurrection libyenne en reconnaissant le Conseil national de Transition (CNT, l'organe représentatif de la rébellion libyenne) comme "le représentant légitime du peuple libyen pendant la transition" devant mener au départ du dirigeant Mouammar Kadhafi et à l'instauration de la démocratie dans le pays.

"Nous reconnaissons officiellement le CNT comme représentant légitime du peuple libyen pendant la transition devant mener à la démocratie" après la chute - espérée - du colonel Kadhafi, a affirmé le chef de la diplomatie belge, Steven Vanackere, lors d'une conférence de presse au Palais d'Egmont à Bruxelles en compagnie de ses homologues luxembourgeois et néerlandais, Jean Asselborn et Uri Rosenthal, ainsi que du "numéro deux" du CNT, Mahmoud Jibril.

Steven Vanackere a souligné que cette visite en Belgique d'une délégation du CNT et la rencontre avec les trois ministres marquaient un "approfondissement" des relations avec la direction de l'insurrection qui a fait de la ville conquise de Benghazi sa capitale, alors que les rebelles progressent sur deux fronts en direction de Tripoli.

Le ministre a toutefois rappelé la position habituelle de la Belgique, commune aux deux autres pays du Bénélux, qui ne reconnaissent que des Etats et non des gouvernements ou des régimes.

"Message clair de confiance"

"Le peuple libyen n'oubliera jamais cette décision", a affirmé Mahmoud Jibril en remerçiant Bruxelles, La Haye et Luxembourg de l'avoir prise. Il a souligné qu'elle était valable "jusqu'à ce qu'un gouvernement élu soit en place en Libye".

"C'est un message clair de confiance" envers le CNT, a quant à lui déclaré Uri Rosenthal.

Il a toutefois réitéré la position de l'Occident, en affirmant que "Kadhafi doit partir" et que "son régime est illégitime" après cinq mois de lutte armée et de répression de l'insurrection intérieure.

"Nous espérons comme Bénélux apporter la paix et la démocratie en Libye", a résumé le ministre luxembourgeois devant la presse.

Après la France, qui avait ouvert le bal en mars, de nombreux pays de l'OTAN et/ou de l'UE - l'Allemagne, les Etats-Unis, l'Italie et la Grande-Bretagne notamment - ont reconnu le CNT comme légitime représentant du peuple libyen, la Pologne et la Turquie ayant été les derniers en date à le faire la semaine précédente.

La Suisse a annoncé mardi l'ouverture d'un bureau de liaison à Benghazi afin de renforcer les contacts existants avec le CNT.

"Solution politique

Le chef de la diplomatie néerlandaise avait plaidé à son arrivée à Bruxelles en faveur d'une "solution politique" à la crise libyenne, alors que le colonel Kadhafi s'accroche au pouvoir face à cette insurrection lancée à la mi-février et aux bombardements de l'Otan entamés fin mars.

Mais Mahmoud Jibri a déploré qu'à ce jour "aucune initiative cohérente" de résolution du conflit n'ait été mise sur la table.

Le chef du comité exécutif du CNT - et donc son "numéro deux" - a enfin réfuté les accusations d'exactions commises dans l'ouest de la Libye qu'il contrôle formulées mercredi par l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Right Watch (HRW).

Il a admis que "quelques incidents" et violations des droits de l'Homme s'étaient produits durant les deux premières semaines de l'insurrection.

Mais "ce n'est plus le cas dans les zones libérées" aux mains du CNT, a assuré Mahmoud Jibril. Mais "ce n'est plus le cas dans les zones libérées" aux mains du CNT, a assuré Mahmoud Jibril, promettant de réprimer de tels actes s'ils étaient commis. Il a qualifié l'action des rebelles d'"auto-défense" conduite par des "combattants de la liberté".

Dans un rapport, HRW a accusé les rebelles libyens de s'être rendus responsables d'incendies, de pillages et de mauvais traitements sur des civils lors de leur offensive sur Tripoli à partir du Djebel Nafoussa (ouest). Le 27 juin, l'ONG américaine avait déjà fait état de ce genre d'abus perpétrés, selon elle, par les rebelles.

Le Bénélux sera représenté vendredi à la réunion du groupe de contact sur la Libye qui se tiendra à Istanbul (Turquie) par Uri Rosenthal en vertu d'une "tournante" avec son homologue belge.


Belga

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK