Libye: la Belgique reste engagée pour le futur

Yves Leterme à la conférence de Paris pour la Libye
Yves Leterme à la conférence de Paris pour la Libye - © NICOLAS MAETERLINCK (belga)

63 pays dont la Belgique se sont réunis pour poser les bases de l'après-Kadhafi. Cette conférence a notamment permis de débloquer 15 milliards de dollars d'avoirs de Mouammar Kadhafi.

La Belgique y contribue, comme l'explique Yves Leterme, à la sortie de cette réunion: "Nous avons décidé d'entamer la procédure auprès des Nations Unies pour libérer une valeur de 100 millions d'euros pour l'aide humanitaire en Libye et ces 100 millions d'euro, ce n'est qu'une partie de l'argent qui était dans les banques belges."

Déblocage des avoirs et aide humanitaire

Yves Leterme: "Ben nous avons déjà décidé de rouvrir le plus vite possible notre ambassade, nous avons décidé aussi de libérer, sur proposition d'Olivier Chastel, de l'aide humanitaire mais je trouve que la chose la plus importante ce soir c'est de constater que lorsque la communauté internationale décide, pour de bonnes raisons, de mettre les points sur les i et donc de dire que la violence n'est pas une solution donc cette communauté internationale a quand même une capacité d'action très très importante."

Et le pétrole? la France se dit prioritaire

Alain Juppé expliquait ce matin que c'était normal que les gros contributeurs au conflit se taillent un peu la taille du gâteau pétrolier libyen. Yves Leterme: "Mais je ne crois pas seulement la France. Il y a d'autres pays qui ont pris des responsabilités dans une phase très précoce de l'action internationale. Nous l'avons fait, par exemple, l'Allemagne ne l'a pas fait. Il est clair, sans que cela ait été l'objectif, que cela a son importance, que les responsables du CNT reconnaissent le fait que la Belgique a été très active, très courageuse grâce aux efforts de nos concitoyens sur place et naturellement je ne veux pas nier qu'il y aura des retombées économiques aussi. Pour le Conseil National de Transition,  lorsqu'il s'agira de reconstruire il est clair qu'ils auront une attention prioritaire pour les pays qui les auront aidés dans les moments les plus difficiles."      

Et Nicolas Sarkozy s'est exprimé à l'issue de la Conférence de Paris. Le président français a annoncé la poursuite des opérations militaires de l'Otan, et ce tant que Mouammar Kadhafi serait une menace pour son peuple.

Dans un message diffusé par une télévision syrienne, l'ex-homme fort de la Libye a exclu toute reddition. Le colonel a même une nouvelle fois appelé ses partisans à la résistance.

Sur le terrain, les rebelles attendent toujours de s'attaquer à Syrte, dernière grande ville encore aux mains des pro-Kadhafi. Ils ont aussi prolongé d'une semaine leur ultimatum et leur ont laissé jusqu'au 10 septembre pour se rendre.

 

Charline Van Hoenacker et journal parlé

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir