Libye: l'OTAN souhaite plus d'avions, le colonel Kadhafi se pavane

Mouammar Kadhafi se pavane dans les rues de Tripoli
3 images
Mouammar Kadhafi se pavane dans les rues de Tripoli - © EPA

Le secrétaire général de l'OTAN a appelé à un renforcement de sa flotte aérienne. Les combats continuent, faisant des victimes. A Tripoli, le colonel Kadhafi a paradé dans les rues en 4X4.

L'OTAN continuera les bombardements jusqu'à ce que le régime libyen mette fin aux attaques contre la population civile, a affirmé jeudi le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, qui a toutefois appelé les alliés à engager "quelques" avions d'attaque au sol supplémentaires dans l'opération "Unified Protector". Il s'est dit convaincu que les Etats membres les fourniront - malgré le refus de plusieurs d'entre eux, dont l'Espagne, de passer au stade des bombardements.

L'OTAN continuera l'opération "Unified Protector" "aussi longtemps que ce sera nécessaire", a affirmé Anders Fogh Rasmussen à l'issue d'un déjeuner de travail des ministres des Affaires étrangères des 28 pays alliés réunis à Berlin en compagnie de leurs partenaires - dont la Suède, plusieurs pays arabes, dont le Qatar et les Emirats arabes unis (EAU).

"Nous allons faire tout ce qu'il faut pour protéger les civils, et pas seulement en paroles mais aussi en actes", a-t-il poursuivi. Il a souligné que les avions alliés et de ces partenaires avaient effectué 2000 missions depuis que l'Alliance atlantique a pris le commandement de toutes les opérations militaires en Libye, le 31 mars. Il a cependant reconnu que l'OTAN "avait besoin de quelques avions d'attaque au sol", capables de mener des bombardements en plus.

"Je suis convaincu que les pays (membres de l'Otan) seront au rendez-vous pour fournir ces moyens" qu'a réclamés le commandant en chef des forces alliées en Europe, l'amiral américain James Stavridis, lors d'un exposé aux ministres, a assuré Anders Fogh Rasmussen.

Paris et Londres avaient annoncé qu'ils allaient demander aux autres alliés d'"intensifier" les raids contre les troupes de Mouammar Kadhafi, en fournissant des avions supplémentaires et en les autorisant à participer aux bombardements.

Cette demande s'adresse principalement à l'Italie, à l'Espagne et aux Pays-Bas, dont les avions de combat se contentent d'effectuer des patrouilles aériennes. Mais la ministre espagnole des Affaires étrangères, Trinidad Jimenez, a opposé jeudi une fin de non recevoir à cette requête.

"L'Espagne maintiendra" les mêmes moyens militaires qu'elle a mis à la disposition de l'OTAN - quatre chasseurs-bombardiers F-18 et un avion ravitailleur, plus une frégate, un sous-marin et un avion de patrouille maritime -, a-t-elle dit à la presse.

Aucune demande supplémentaire à la Belgique

Le chef de la diplomatie belge, Steven Vanackere, a quant à lui assuré que l'OTAN n'avait adressé aucune demande supplémentaire à la Belgique pour renforcer sa participation à l'opération "Unified Protector". "La position de la Belgique est appréciée", a-t-il affirmé à la presse en marge de la réunion de Berlin.

La Belgique a été l'un des premiers pays à rallier la coalition internationale mise sur pied après l'adoption de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui autorise le recours à la force pour mettre fin à la répression déclenchée par le colonel Kadhafi contre la rébellion libyenne. Elle a engagé quatre avions de combat F-16 qui participent depuis le 27 mars aux bombardements en Libye.

En dehors de la France et de la Grande-Bretagne, qui fournissent la moitié des avions de combat, "quatre autres pays assurent les 50 autres pour cent", a rappelé Steven Vanackere. Il s'agit de la Belgique, du Canada, du Danemark et de la Norvège.

Les Etats-Unis se joignent encore à eux de temps à autre, a révélé mercredi le Pentagone, mais l'Otan n'a toujours pas compensé le retrait du théâtre libyen d'une cinquantaine de chasseurs-bombardiers américains le 4 avril.

Les combats continuent

"Au moins treize personnes sont mortes, dont des femmes et des enfants ainsi que quatre Egyptiens qui attentaient leur évacuation au port", a déclaré ce responsable sous couvert de l'anonymat. "Nous faisons face depuis l'aube à une attaque lâche et criminelle sur le secteur du port et le quartier de Kasr Ahmed près du port", a-t-il dit, ajoutant que les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi "ont tiré des dizaines de roquettes Grad et des dizaines d'obus de chars".

"Le bilan va sans doute s'aggraver. Nous recherchons toujours à main nu d'autres victimes sous les décombres des maisons", a-t-il indiqué. Selon lui, les forces loyales ont arrêté de pilonner le secteur du port en début d'après-midi, mais continuent à tirer sur d'autres quartiers comme les Saragsa et Al-Ghiran.

Violents combats à Ajdabiya

Un violent échange de tirs avait lieu jeudi après-midi entre les forces fidèles au dirigeant Mouammar Kadhafi et des combattants rebelles à Ajdabiya, dans l'est de la Libye, selon un journaliste de l'AFP.

L'affrontement se déroulait vers 15H00 GMT dans l'ouest de la ville : les pro-Kadhafi tiraient des obus, et les rebelles répliquaient avec des roquettes. Insurgés et loyalistes se disputent depuis des jours Ajdabiya, un noeud de communication stratégique situé à 160 km au sud de Benghazi, le fief des rebelles.

Les rebelles avaient repris la ville lundi après de violents combats lors du week-end, qui avaient fait au moins 35 morts parmi les membres des forces loyales au dirigeant Kadhafi, selon les rebelles. L'Otan avait mené des raids en appui des rebelles pour repousser les attaques des forces loyalistes.

Le "Kadhafi Tour" à Tripoli

La télévision officielle libyenne a passé des images montrant le colonel Kadhafi traversant les rues de la capitale Tripoli dans un 4X4 en se pavanant par le toit ouvrant.

Des supporters, peu nombreux dans une version de la vidéo, beaucoup plus dans une autre, l'ont acclamé (voir ci-contre les deux vidéos). Difficile de dire cependant si ce pied de nez, cette une bravade à l'égard de ses adversaires montre le vrai Mouammar Kadhafi ou un sosie.

RTBF avec Belga et AFP
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK