Libye: l'Italie prête à diriger une coalition armée anti-djihadiste

La ministre de la Défense italienne, Roberta Pinotti.
La ministre de la Défense italienne, Roberta Pinotti. - © Belga

L'Italie est prête à envoyer plusieurs milliers d'hommes et à prendre la tête rapidement d'une coalition de pays européens et de la région pour lutter contre la progression des djihadistes en Libye, a affirmé le ministre de la Défense, Roberta Pinotti. Parallèlement, le gouvernement italien a commencé à rapatrier dimanche une centaine d'Italiens de Libye à bord d'un bateau.

Dans une interview dimanche au quotidien Il Messaggero, Mme Pinotti affirme que "l'Italie est prête à guider en Libye une coalition de pays de la région, européens et de l'Afrique du Nord, pour arrêter la progression du califat qui est parvenu à 350 km de nos côtes". "Si en Afghanistan nous avons envoyé jusqu'à 5000 hommes, dans un pays comme la Libye qui nous concerne de bien plus près et où le risque de dégradation est bien plus préoccupant pour l'Italie, notre mission peut être significative et consistante, aussi en ce qui concerne les effectifs", a-t-elle déclaré. "Nous en discutons depuis des mois, mais c'est devenu urgent", a-t-elle précisé, en affirmant que "toute décision sera prise au Parlement".

"Ne pas voir un califat qui gouverne sur la côte d'en face"

"Le risque est imminent, on ne peut attendre au-delà. L'Italie a des exigences de défense nationale, ne pas voir un califat qui gouverne sur la côte d'en face. Mais nous voulons nous coordonner avec d'autres dans un système de légalité internationale". "Nous devons être présents en Libye comme nous sommes intervenus en Irak aux côtés des très valeureux combattants kurdes", a-t-elle dit, sans préciser quel type d'intervention serait décidée. Elle a indiqué aussi que la venue de terroristes djihadistes en Italie à bord des canots transportant des clandestins "n'était pas à exclure".

L'ambassade d'Italie a suspendu ses activités, son personnel rapatrié​

L'ambassade d'Italie à Tripoli a "suspendu dimanche ses activités en raison de l'aggravation des conditions de sécurité", et son personnel a "été rapatrié à titre provisoire", a annoncé un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Il s'agit de la dernière ambassade occidentale en Libye à évacuer son personnel.

Une aide logistique" a aussi été offerte aux ressortissants italiens pour qu'ils "quittent temporairement le pays", a ajouté le communiqué. "Les services essentiels" de l'ambassade "resteront assurés", a-t-il cependant assuré.

La Marine militaire escortait un bateau pour permettre le transfert dans de bonnes conditions des Italiens à travers la Méditerranée.

"Il s'agit d'un allègement de la présence italienne, non d'une évacuation", soulignait-on à la Farnesina, le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère invitait ses ressortissants à quitter le pays depuis le 1er février en raison de l'insécurité croissante qui y règne.

La suspension des activités de l'ambassade a été décidée après divers épisodes hostiles dans les centres urbains, y compris Tripoli, à l'encontre de l'Italie et des ressortissants italiens.

Une centaine d'Italiens se trouvaient encore ces derniers jours en Libye. Ils étaient venus au cours des dernières années pour leur travail, notamment pour le compte de la société ENI (gaz et pétrole).

Un récent attentat contre un hôtel à Tripoli et la progression de milices djihadistes proches du groupe Etat islamique (EI) en divers endroits inquiètent l'Italie, qui souhaite participer à une opération militaire de maintien de la paix dans le cadre de l'ONU.

L'ambassadeur belge avait quitté le pays en juillet

Les activités de l'ambassade de Belgique ont été fortement réduites depuis l'été dernier, a rappelé le porte-parole des Affaires étrangères dimanche. L'ambassadeur a quitté la Libye fin juillet. Actuellement, du personnel local est encore présent au sein de l'ambassade pour répondre aux questions administratives des quelques dizaines de Belges toujours présents dans le pays, la plupart disposant de la double nationalité. L'ambassade de Belgique à Tripoli fermera définitivement ses portes au printemps. Les questions liées à la Libye seront alors traitées par l'ambassade belge à Tunis, en Tunisie.


Belga et AFP