Libye: l'avancée des rebelles vers Syrte arrêtée par les pro-Kadhafi

Les rebelles s'étaient emparés dimanche de Ben Jawad, après avoir repris le site pétrolier de Ras Lanouf au cours de leur avancée victorieuse, aidée par les frappes aériennes de la coalition internationale.

Mais ils ont été pris lundi matin sous le feu de mitrailleuses lourdes des forces de Mouammar Kadhafi venues en pick-up sur la route menant de Ben Jawad à Nofilia, en direction de Syrte.

Les rebelles ont alors reflué vers Ben Jawad, avant de répliquer à l'artillerie lourde. Les échanges intenses de tirs se poursuivaient à 10 h, a constaté l'AFP.

Syrte, ville natale de Kadhafi, le prochain objectif déclaré des rebelles, était toujours tenue lundi matin par les forces du colonel Kadhafi, a constaté un autre journaliste de l'AFP. La ville abrite une importante base militaire. 

La coalition internationale avait poursuivi ses raids sur la Libye, ses frappes aériennes étant censées ouvrir la voie aux opposants à Mouammar Kadhafi.
Explosions à Syrte

Ce lundi matin, à partir de 6h20, neuf puissantes explosions ont secoué Syrte. La ville était survolée au même moment par des avions, ce qui laisse penser que les détonations sont dues à un bombardement de la coalition.
Plus tôt, à Benghazi, le fief des insurgés, un porte-parole avait annoncé que Syrte était tombée entre leurs mains. Mais sur place, selon un journaliste de l'AFP, la ville est calme et il n'y a pas de signe de présence de rebelles.

Bombardements à Sebha

La coalition internationale a bombardé lundi à l'aube des quartiers résidentiels de la ville de Sebha, à 750 km au sud de Tripoli, fief de la tribu des Kadhadfa dont fait partie le colonel Mouammar Kadhafi, selon l'agence officielle Jana.

"Les forces croisées ont bombardé à l'aube des quartiers résidentiels de Sebha, endommageant des maisons et faisant plusieurs victimes", a indiqué l'agence sans fournir de bilan. Selon un témoin joint par l'AFP, la ville a été violemment bombardée à partir de 4 h et plusieurs habitants ont dû abandonner leurs maisons pour se réfugier ailleurs. Plusieurs sites militaires sont situés dans la ville de Sebha, base arrière du régime, où se trouvent les tribus armées les plus fidèles, jusqu'ici, au colonel Kadhafi.

Rebelles à l'offensive
Les frappes de la coalition ont complètement modifié la donne stratégique. Les rebelles qui étaient acculés dans leur fief de Benghazi sont repartis à l'offensive. Pendant le week-end, ils ont repris une série de localités les unes après les autres, dont le carrefour stratégique d'Ajdabiyah.

Dimanche soir, des hommes en tenue militaire circulaient encore à Syrte à bord de pick-up en brandissant des portraits de Mouammar Kadhafi. Mais la coalition internationale a mené des raids à Syrte et à Tripoli. Des véhicules militaires et des familles ont fui Syrte dans la soirée.

Si les rebelles poursuivaient leur progression vers l'Ouest, ils arriveraient à Misrata qui est aux mains d'insurgés. Ils se rapprocheraient alors de Tripoli, la capitale.

Dans la capitale, l'atmosphère est pesante. Les habitants vivent au rythme des explosions des bombardements occidentaux et des tirs de batteries antiaériennes. Ils rencontrent des difficultés pour s'approvisionner, y compris en pain et en carburant. Le régime accuse l'Otan de terroriser et de tuer des civils, ce que dément la coalition.

Pour cela, ils auront encore besoin de l'action de la coalition internationale. L'Otan a accepté dimanche d'assumer le commandement de toutes les opérations militaires. La mise en oeuvre de cette décision prendra 3 jours. L'Alliance dit vouloir s'en tenir strictement à la mission de protection des civils, en neutralisant les infrastructures militaires du colonel Kadhafi et en faisant respecter une zone d'exclusion aérienne.

Daniel Fontaine et Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK