Libye : Kadhafi a-t-il été exécuté il y a un an ?

Aux derniers instants de sa vie, Mouammar Kadhafi est ensanglanté au sol et crie "c'est interdit". Un combattant lui rétorque : "interdit, tu sais ce qui est interdit". L'ancien dictateur est frappé puis emmené dans un véhicule. Les dernières images qui parviennent ensuite à la presse montrent l’homme étendu à la morgue.

Que s'est-il exactement passé ?

La question se pose depuis un an et les autorités de transition avaient promis d'enquêter car la version officielle tenait difficilement la route. Le premier ministre du Conseil National de Transition, Mahmoud Djibril s’est justifié : "quand les véhicules se sont mis en route, un échange de tirs a eu lieu entre les forces révolutionnaires et loyalistes et il a été atteint d’une balle dans la tête".

L’avis de Human Rights Watch

Pour l’ONG, Kadhafi aurait plutôt été victime d'une exécution sommaire; l'organisation démontrant les preuves d’autres exécutions du genre. Sur l’un de ses films, on peut voir quelque 29 hommes du dictateur qui faisaient partie du convoi, se faire  insulter et frapper. Grâce à des photos prises dans une morgue, l'ONG a retrouvé 17 de ces hommes exécutés.

"Il s’agit de meurtres organisés"

Peter Bouckaert est directeur de recherches à Human Rights Watch. Il déclare : "il s'agit de meurtres organisés. Ce sont des hommes qui ont été emmenés en prison et qui ont été frappés brutalement. On leur a craché dessus, ils ont été abusés,  emmenés dans un lieu séparé, ligotés et exécutés. C'est un crime qui demande une organisation, c'est un crime qui demande des décisions".

Human Rights Watch est allée voir les autorités libyennes et leur a montré les preuves collectées, mais d’après Peter Bouckaert,  celles-ci n’auraient encore envoyé aucun enquêteur dans la ville.

Tuer des combattants capturés est un crime de guerre. Qu'ils aient été ou non partisans d'un dictateur.

I.L. avec Isabelle Huysen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK