Libre-échange UE/Japon: un accord primordial pour le premier ministre japonais

Le premier ministre japonais Shinzo Abe ce mardi à Bruxelles pour négocier le traité de libre-échange UE-Japon
Le premier ministre japonais Shinzo Abe ce mardi à Bruxelles pour négocier le traité de libre-échange UE-Japon - © EMMANUEL DUNAND - AFP

Shinzo Abe, le premier ministre japonais, est en visite à Bruxelles ce mardi. Il participera notamment à des discussions approfondies avec la Commission sur le projet d'accord de libre-échange en cours de négociation avec l'Union européenne depuis 2013. A l'origine, les tractations devaient se conclure en 2015 mais elles ont pris du retard. 

La visite de Shinzo Abe à Bruxelles est loin d'être insignifiante. Le Premier ministre japonais est résolument demandeur d'un accord de libre-échange avec l'UE. C'est à la fois vital pour lui et pour l'économie japonaise. Pour lui d'abord, parce que Shinzo Abe a vraiment très mal pris que les Etats-Unis de Donald Trump se retirent du TPP, le partenariat commercial transpacifique. Ce traité, c'était une idée fixe pour le Japonais. Aux yeux de Shinzo Abe, le libre-échange commercial est primordial, il est donc important de redorer auprès de sa population son blason de fier libéral en bouclant cet accord avec l'Union européenne.

Le Japon, deuxième partenaire commercial asiatique de l'UE

Et puis, Tokyo estimait que ce traité TPP allait donner un point de croissance en plus au Japon chaque année. Il va donc falloir aller chercher cette croissance ailleurs. Or, l'Union européenne et le Japon représentent à eux seuls un tiers de la croissance économique mondiale. Et, juste après la Chine, le Japon est le deuxième partenaire commercial asiatique de l'Europe. Des potentialités économiques énormes donc, en termes d'investissements et de création d'emplois.

Du point de vue économique, il est impératif pour l'économie japonaise de développer les exportations à l'étranger. 60% du PNB japonais provient de la consommation intérieure. Or, elle est en panne : les Japonais ne consomment pas, ils épargnent. Pour ne rien arranger, le Japon voit sa population vieillir et diminuer année après année, ce qui rétrécit la taille du marché national. Du coup, le seul endroit où les entreprises nippones peuvent aller chercher le profit, c'est à l'étranger. Et en Europe, notamment.

Vieillissement de la population, agriculture et... Fukushima

Parmi les points délicats du traité, il y a l'agriculture et l'automobile. L'agriculture est un sujet hyper sensible au Japon. Le secteur est en pleine crise, les agriculteurs ont vu leur nombre réduit de moitié en quinze ans. Ils ne sont plus que deux millions aujourd'hui et sont âgés de 67 ans en moyenne. En plus, ils subissent déjà des réformes difficiles, par exemple dans le domaine de la production et la distribution du lait, des pesticides et des engrais.
Les agriculteurs japonais n'ont aucune envie de voir leur marché inondé par les produits agricoles européens. Par le porc, le bœuf, le fromage ou le lait "made in Europe", qui afflueraient en masse parce qu'on aurait levé les tarifs douaniers très élevés que le Japon leur impose aujourd'hui.

Mais, en même temps, Shinzo Abe sait que les produits agricoles japonais ont intérêt à être davantage présents en Europe. Six ans après la catastrophe de Fukushima, beaucoup de pays d'Asie restreignent toujours les importations agricoles japonaises, craignant que ces produits soient contaminés par la radioactivité. Après la Corée du Sud et Taïwan, c'est ce que vient encore de faire la Chine, cette semaine.

Faciliter l'accès des véhicules japonais au marché européen

Pour l'automobile, c'est pareil. Shinzo Abe a tout intérêt à ce que les voitures japonaises aient un accès facilité au marché européen. Les Toyota, Mazda ou autre Mitsubishi vont subir de plein fouet l'impact économique négatif des deux gros bouleversements politiques survenus ces derniers mois : le Brexit et l'arrivée de Trump à la maison blanche. Le Brexit parce que beaucoup de constructeurs nippons ont leur siège européen au Royaume-Uni. Et l'élection de Trump à cause de son protectionnisme. Le président américain menace en effet de pénaliser les voitures japonaises qui sont vendues aux Etats-Unis mais fabriquées au Mexique ou au Canada.

En Europe, tout comme pour le CETA et le TTIP, on reproche beaucoup le manque de transparence de la négociation en vue de ce traité. La société civile se mobilise contre les modalités d'arbitrage qui sont prévues en cas de conflit. Par contre, au Japon, pas l'ombre d'un débat à ce stade. Ni dans les états-majors politiques ni dans les médias. C'est sans doute lié au fait que la société civile japonaise est moins forte, moins organisée et moins influente qu'en Europe - sur ces sujets-là, en tout cas.

Européens et Japonais ne connaissent pas la même méfiance

Et contrairement à de nombreux citoyens européens, les Japonais ne connaissent pas de défiance ou de méfiance envers l'organe supranational qui négocie ce traité. Il est négocié par la Commission européenne pour l'Union mais c'est le gouvernement central japonais qui est directement à la manœuvre pour le Japon. Les Japonais ont donc moins le sentiment que ces négociations sont très lointaines, voire opaques.

Dernier élément qui explique pourquoi cet accord de libre-échange ne fait pas du tout débat au Japon : la popularité de Shinzo Abe. Si elle a un peu chuté ces derniers temps, il bénéficie toujours de 50 à 60% d'opinions favorables. Donc, a priori, les Japonais lui font confiance, à la fois pour diriger le pays en général, et pour mener à bien ces négociations commerciales en particulier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK