Libéralisation du rail: des chemins de fer européens plus compétitifs et plus sûrs

Libéralisation du rail: des chemins de fer européens plus compétitifs et plus sûrs (Illustration)
Libéralisation du rail: des chemins de fer européens plus compétitifs et plus sûrs (Illustration) - © DANIEL LEAL-OLIVAS - AFP

L’Union européenne poursuit la libéralisation du rail, notamment dans ses aspects techniques. La Commission vient de présenter un nouveau plan pour poursuivre le développement du système européen de signalisation ferroviaire. Ce système s'appelle ETCS (European Train Control System) et permet aux trains de passer d'un pays à l'autre en toute sécurité. C’est un des piliers de la libéralisation du rail européen.

Une signalisation et un système de sécurité communs

Cette libéralisation se met en place progressivement depuis près de 30 ans et repose sur deux piliers. Un pilier politique d'abord avec l’ouverture du marché à la concurrence. Après le fret et les lignes internationales, la prochaine étape, c’est la libéralisation du marché du transport national des passagers. C’est prévu à partir de 2020. 

Le deuxième pilier, c'est le pilier technique. Il vise à interconnecter les réseaux nationaux en établissant une signalisation commune et un système de sécurité commun, le fameux ETCS.

Concrètement, le système est basé sur des balises placées entre les voies de chemin de fer. Ces balises contrôlent en permanence la vitesse des trains, et mieux encore, elles permettent un freinage automatique en cas d’urgence, quand un train dépasse la vitesse prescrite par exemple, ou quand un train dépasse un signal rouge.

La Belgique, un pays précurseur dans l'installation de l'ETCS

L’ensemble des lignes à grande vitesse européennes sont équipées d'un tel système. En fait, l’Union européenne a défini neuf lignes continentales stratégiques. La Commission voudrait que 50% de ce réseau soit doté du système ETCS d’ici 2023.

Et pour inciter les Etats membres a adopter l’ETCS, elle cofinance les travaux d’installation. La Commission a déboursé 700 millions d’euros ces deux dernières années pour mener à bien ce projet. Une partie de cet argent a été utilisé notamment en Belgique puisque le pays est traversé par trois de ces corridors européens.

Arnaud Reymann est le porte-parole d'Infrabel qui gère le réseau ferroviaire belge. Il souligne la bonne position de la Belgique dans cette course à la sécurisation du rail : "La Belgique est un précurseur en matière d'ETCS. Elle a déjà installé de l'ETCS - ou équivalent - sur toutes ses lignes à grande vitesse. Nous sommes les premiers aussi à avoir fini le plus long tracé européen en ETCS qui est en fait un corridor de fret qui va d'Anvers jusqu'à la frontière luxembourgeoise. Et c'est un record en fait. Nous sommes les premiers à avoir fini ce tracé qui sert non seulement au fret mais aussi aux voyageurs. Au total, ça fait 19% des voies principales qui sont équipées en ETCS".

Des chemins de fer européens plus compétitifs et plus sûrs

Mais voilà, tous les Etats membres ne sont pas aussi enthousiastes. Des concurrents à l'ETCS sont aussi sur le marché et son coût reste actuellement élevé. D'autant que le nombre de constructeurs est restreint. Donc, la Commission fait du lobbying pour soutenir son système et pas seulement auprès des Etats membres comme l'explique Arnaud Reymann : "L'Europe essaie maintenant de convaincre les autres pays dans le monde d'opter eux aussi pour l'ETCS. Parce que cette technologie qu'on développe spécialement pour l'Europe, une des façons de la rentabiliser, pour l'Europe et bien sûr pour les développeurs du système, c'est de faire en sorte que d'autres pays, aux Etats-Unis ou en Australie par exemple, adoptent eux aussi ce système de sécurité".

Cela permettrait évidemment de développer le système ETCS plus rapidement et à moindre coût puisque tous les constructeurs développeraient un seul et même système. C'est un énorme défi commercial pour les Européens. C'est aussi un des objectifs principaux de la libéralisation du rail qui vise à rendre les chemins de fer européens plus compétitifs mais aussi plus sûrs.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK