Liban: malgré l'opposition de la rue, le gouvernement obtient la confiance du Parlement

Séance au parlement libanais et heurts dans les rues de Beyrouth, ce 11 février 2020
2 images
Séance au parlement libanais et heurts dans les rues de Beyrouth, ce 11 février 2020 - © AFP/BELGA

Le Parlement libanais a accordé mardi sa confiance au nouveau gouvernement honni par la rue, faisant fi de l'opposition de centaines de manifestants dispersés par les forces de l'ordre avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau.

Ayant investi les rues dès l'aube pour empêcher les députés d'accéder au Parlement dans le centre-ville de Beyrouth, les contestataires ont lancé des oeufs et des pierres sur les voitures de certains parlementaires et les barricades en béton érigées par les forces de sécurité, a constaté un correspondant de l'AFP. Enveloppés dans des drapeaux libanais et scandant "pas de confiance", les manifestants ont dénoncé un Parlement "illégitime" et un gouvernement qui ne répond pas selon eux aux aspirations de la contestation.

Cela n'a pas empêché le Parlement d'accorer sa confiance lors du vote qui s'est tenu en soirée, au terme d'une séance marathon de huit heures axée sur la "déclaration ministérielle", qui définit les grandes lignes du programme gouvernemental. Sur les 84 députés présents, le gouvernement a obtenu 63 votes favorables, vingt contre et un parlementaire s'est abstenu.

Juste avant le vote, le Premier ministre Hassan Diab avait une nouvelle fois assuré que son gouvernement "adoptait les revendications du soulèvement, qui a provoqué un tremblement de terre dans le pays". Il avait promis plus tôt un "plan d'urgence" d'ici la fin du mois.

Sujet du JT sur la reprise de la contestation au Liban (17 janvier):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK