Les visages du nouveau gouvernement italien: 18 ministres, 5 femmes et 6 indépendants

Les visages de nouveau gouvernement italien: 18 ministres, 5 femmes et 6 indépendants
6 images
Les visages de nouveau gouvernement italien: 18 ministres, 5 femmes et 6 indépendants - © Tous droits réservés

Le premier gouvernement d'alliance entre un jeune mouvement populiste et un parti d'extrême droite a prêté serment vendredi dernier à Rome,

Après près de trois mois de tractations et de rebondissements inédits, même pour un pays rompu aux crises politiques, les populistes italiens ont finalement trouvé un compromis avec le chef de l'Etat, qui exigeait des garanties sur le maintien de l'Italie dans la zone euro.

Le feuille de route de ce "gouvernement du changement" tourne résolument le dos à l'austérité et aux "diktats" de Bruxelles, pariant sur une politique de croissance économique pour réduire la colossale dette publique italienne.

Il promet un abaissement de l'âge de la retraite, des baisses d'impôts draconiennes et l'instauration d'un "revenu de citoyenneté" de 780 euros par mois.

Alliance entre le M5S et la Ligue

Synthèse de deux philosophies politiques, il présente aussi bien la rhétorique du M5S sur l'environnement, les nouvelles technologies ou la moralisation de la vie publique que le tour de vis sécuritaire, anti-immigrés et anti-islam de la Ligue, alliée en Europe du Front national (FN) français, dont la présidente, Marine Le Pen, a salué l'arrivée de Matteo Salvini à l'Intérieur.

Ce gouvernement composé de membres du Mouvement 5 étoiles (M5S), de la Ligue (Lega, ex-Ligue du Nord – extrême droite) et de personnalités indépendantes devra se présenter en début de semaine prochaine devant le Parlement pour y obtenir la confiance.

Mais qui compose ce nouveau gouvernement italien ?

Ce gouvernement inédit compte 18 ministres, dont cinq femmes, représentant à parts égales les forces politiques sorties victorieuses des législatives du 4 mars, bien que le M5S ait obtenu plus de 32% des voix et la Ligue 17%. Six personnalités indépendantes complètent la composition de l'équipe de Conte.

Giuseppe Conte (Indép.): Premier ministre

Giuseppe Conte, est un juriste complètement novice en politique à qui il appartient maintenant de mettre en œuvre une politique anti-austérité et sécuritaire. Ce  professeur de droit était encore inconnu des Italiens il y a encore 15 jours mais il a  hérité du poste suite à la guerre d'ego entre les deux chefs de parti de la coalition, Luigi Di Maio leader des 5 étoiles et Matteo Salvini de la Ligue.

Giancarlo Giorgetti (Lega) : Secrétaire d'État à la présidence du Conseil des ministres

Giancarlo Giorgetti, ancien-président du groupe parlementaire de la Ligue du Nord (désormais Lega)  à l'issue des élections générales italiennes de 2013 n’est pas nommé  ministre mais il obtient un  poste, très stratégique au sein de l’équipe de Conte.

Luigi Di Maio (M5S): Vice-premier ministre et ministre de Développement économique et du Travail

Jeune chef de file du Mouvement Cinq Etoiles (31 ans), il a pris la place de l'humoriste Beppe Grillo le fondateur du M5S. Il a conduit son parti à la victoire lors des élections générales italiennes de mars dernier, recueillant plus de 32% des voix.

Matteo Salvini (Lega) : Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur

Il a 45 ans. C’est le patron de la Ligue (extrême droite) dont il a gravi les échelons jusqu'à en devenir le chef en 2013. Il a été député européen de 2004 à 2006, puis de nouveau à partir de 2009. Il a renoncé aux ambitions sécessionnistes du Nord et la parti a été renommé " la Ligue " (lega). Le mouvement a fait évoluer son discours s'opposant davantage à l'Union européenne et à l'immigration. Sous son impulsion, la Ligue obtient plus de 17% des voix lors des dernières élections et a assuré son entrée au gouvernement.

A peine nommé, il prévient que l'Italie ne pouvait pas être "le camp de réfugiés de l'Europe", promettant toutefois du "bon sens" pour éviter les naufrages et limiter les arrivées de migrants.

Giovanni Tria (Indép.): Ministre de l’Economie et des Finances

Professeur d'économie politique de 70 ans. Il est proche des idées de la Ligue en matière fiscale mais favorable au maintien de l'Italie dans l'euro. Au départ, c’était Paolo Savona qui était pressenti pour pressenti pour ce poste, mais la position ouvertement europhobe de Savona a refroidi la président Matarrella.

Paolo Savona (Indép.) : Ministre des Affaires européennes

L'économiste de 81 ans ses positions ouvertement anti-euro et ses critiques contre l'Allemagne lui ont fermé les portes de l'Economie et des Finances. Il hérite quand même du ministère des Affaires européennes.

Enzo Moavero Milanesi (Indép.): Ministre des Affaires étrangères

Très européen, il a travaillé pendant 20 ans à Bruxelles et a été ministre des Affaires européennes (2011-2014).

Lroenzo Fontana: ministre de la Famille et du Handicap

Ce membre de la Ligue est dit proche du catholicisme intégriste et ardent adversaire du mariage homosexuel et de l’avortement. Dès sa nomination, éclate une polémique sur ses positions contre l'avortement et contre les unions homosexuelles. Ses sympathies affichées pour les mouvements néo-nazis et néo-fascistes sont également soulignées.

Les autres ministres du gouvernement Conte

Alfonso Bonafede (M5S): ministre de la Justice

Elisabetta Trenta (Indép.): Ministre de la Défense

Riccardo Fraccaro (M5S) : Ministre des Relations avec le Parlement et la Démocratie directe

Giulia Bongiorno (Lega) : Ministre de la Fonction publique

Giulia Grillo (M5S): Ministre de la Santé

Erika Stefani (Lega): Ministre des Affaires régionales et de l'Autonomie 

Barbara Lezzi (M5S):  Ministre du Sud 

Sergio Costa (Indép.):  Ministre de l'Environnement

Lorenzo Fontana (Lega): Ministre des Handicapés et de la Famille 

Gian Marco Centinaio (Lega): Ministre des Politiques agricoles, alimentaires et forestières

Danilo Toninelli (M5S): Ministre des Infrastructures et des Transports

Alberto Bonisoli (M5S): Ministre des Biens et Activités culturels et du Tourisme

Marco Bussetti (Indép.): Ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK