Les violences en Syrie font encore 38 morts, Moscou contre le recours à la force

Encore de nombreux morts et blessés en Syrie, comme ici à Qusayr, ville tenue par les rebelles
Encore de nombreux morts et blessés en Syrie, comme ici à Qusayr, ville tenue par les rebelles - © AFP PHOTO/ANTONIO PAMPLIEGA

Les violences jeudi en Syrie ont causé la mort d'au moins 38 personnes dont huit lors d'une violente attaque contre un village de la région de Hama, dans le centre du pays, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Au total, 24 civils, 11 soldats et 3 rebelles ont péri dans différents endroits du pays.

Dans la région de Hama, "les forces du régime ont bombardé Treimsa avec des chars et des hélicoptères, causant la mort de 7 civils et d'un rebelle, et faisant de nombreux blessés", a affirmé l'OSDH.

Selon un militant de Hama, qui affirme s'appeler Abou Ghazi, "l'école du village est totalement détruite par les bombardements".

Le Conseil général de la révolution syrienne (CGRS) a indiqué que parmi les victimes figuraient un médecin tué d'une balle dans la tête alors qu'il soignait les blessés.

Par ailleurs, à Homs (centre), deux rebelles ont péri dans des bombardements massifs sur Bab Amr, tandis que trois civils ont trouvé la mort dans le quartier de Khaldiyé et de Karam Chami, tenus par les opposants, selon l'OSDH.

Dans la même province, quatre civils sont morts, dont deux à Qousseir.

Par ailleurs, à Jisr al-Choughour (nord-ouest), des hommes armés et des membres des services de sécurité ont tué 7 civils qui circulaient à bord de voiture.

Enfin, onze soldats sont morts dans des attaques de rebelles contre des barrages à Hama, dans la province de Damas et à Lattaquié (nord-ouest), tandis que trois autres civils ont péri à travers le pays.

La Russie s'oppose à une résolution autorisant le recours à la force

Alors qu'un projet de résolution de la Grande Bretagne circule à l'ONU, la Russie a prévenu qu'elle n'acceptera aucune résolution du Conseil de sécurité de l'Onu placée sous le chapitre VII qui autorise l'utilisation de tous les moyens nécessaires -y compris la force- pour contraindre le régime syrien de Bachar al Assad à respecter ses obligations, rapporte l'agence de presse russe Interfax. "S'ils décident de le faire, sachant que ce serait inacceptable pour nous, nous ne la laisserons pas passer", a prévenu un ministre russe.

 


Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK