Les violences électorales poussent plus de 3000 Ivoiriens vers le Liberia

Les violences électorales poussent plus de 3.000 Ivoiriens vers le Liberia
Les violences électorales poussent plus de 3.000 Ivoiriens vers le Liberia - © Tous droits réservés

Plus de 3000 Ivoiriens fuyant les violences entourant la présidentielle du 31 octobre dans leur pays ont cherché refuge au Liberia voisin, a indiqué lundi une responsable du Haut-commissariat de l’Onu pour les réfugiés.

"Nous avons 3600 personnes qui ont franchi la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Liberia", a dit à l’AFP Roseline Okoro, représentante à Monrovia du HCR.


►►► À lire aussi : Présidentielle en Côte d’Ivoire : le porte-parole de l’opposition Pascal Affi N’Guessan arrêté


Une quarantaine de personnes ont été tuées depuis août en Côte d’Ivoire dans des violences liées à la présidentielle.

L’opposition, rejetant la perspective d’un troisième mandat du sortant Alassane Ouattara, a boycotté le scrutin et lancé une campagne de désobéissance civile. Après l’élection et l’annonce de la victoire de M. Ouattara dès le premier tour, elle a annoncé la formation d’un pouvoir parallèle.

Le HCR s’était déjà alarmé la semaine passée de la fuite de milliers d’Ivoiriens vers le Liberia, le Ghana et le Togo.

Le Liberia, l’un des pays les plus pauvres du monde, a été durement éprouvé par des guerres civiles qui ont fait quelque 250.000 morts entre 1989 et 2003 et par l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola qui a sévi en Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et tué 4800 personnes dans le pays.

Le pays "n’est pas prêt économiquement à accueillir un afflux de réfugiés", a dit Sester Logan, directeur de l’agence gouvernementale pour les réfugiés.

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK