Les unionistes nord-irlandais en congrès contre l'accord de Brexit

Arlene Foster (g), la dirigeante du petit parti nord-irlandais DUP, et le Premier ministre britannique Boris Johnson
3 images
Arlene Foster (g), la dirigeante du petit parti nord-irlandais DUP, et le Premier ministre britannique Boris Johnson - © DANIEL LEAL-OLIVAS, Paul FAITH

Les unionistes du petit parti nord-irlandais DUP se réunissent en congrès samedi pour un nouvel épisode de la saga du Brexit, dans laquelle ils ont réussi à jouer un rôle disproportionné par rapport à leur importance numérique, s'opposant aux accords de retrait successifs.

Avec leurs 10 députés, ces ultra-conservateurs protestants pour lesquels l'union avec la Grande-Bretagne est une question existentielle sont sortis de la marginalité en devenant les alliés des conservateurs au pouvoir, qui ont atteint grâce à eux une majorité. Et ils ont bloqué les deux versions de l'accord de Brexit conclu par Londres avec Bruxelles, d'abord celle de la Première ministre Theresa May puis de son successeur Boris Johnson.

La cheffe du parti Arlene Foster prendra la parole samedi et devrait descendre en flammes l'accord de Boris Johnson, qui crée un statut différent pour l'Irlande du Nord de celui du reste du Royaume-Uni une fois sorti de l'UE.

Arlene Foster a appelé la semaine dernière les députés du DUP à ne pas soutenir l'accord, espérant en obtenir un autre qui "protège l'intégrité économique et constitutionnelle" du royaume.

Depuis les élections anticipées de 2017 à l'issue desquelles Theresa May avait perdu sa majorité, le DUP fait la pluie et le beau temps sur le Brexit et son rejet de l'accord de Mme May a entraîné sa démission il y a cinq mois.

"Trahison"

L'an dernier, Boris Johnson avait été l'hôte d'honneur du congrès: chaleureusement applaudi, il avait enjoint aux délégués de résister à un Brexit qui les obligerait à adopter "de larges pans des règles de l'UE".

Cette année, son accord de Brexit, qui prévoit justement un alignement sur les réglementations de l'UE en matière de normes alimentaires et de TVA, sera la cible des critiques. Les unionistes estiment que l'accord crée une frontière en mer d'Irlande et rend à terme plus probable une unification avec la République d'Irlande, leur cauchemar.

La question irlandaise est au cœur de la difficulté du Brexit puisque l'instauration d'une frontière physique entre la province britannique au nord et la république au sud remettrait en cause les accords de paix conclus en 1998 ayant mis fin à trente années de troubles entre républicains et unionistes.

Lundi soir, unionistes convaincus et loyalistes se sont réunis à Belfast pour discuter de l'accord de M. Johnson. L'invitation à la réunion dénonçait "une trahison" et un porte-parole loyaliste, Jamie Bryson, a souligné "l'immense colère" qui régnait dans la salle, où se trouvaient des membres du DUP. "Nous entrons en terrain très dangereux", a mis en garde M. Bryson. "Le message au DUP est de ne pas lâcher!"

Mais cette fois, le DUP pourrait ne pas obtenir gain de cause: Boris Johnson a réussi à décrocher un accord de principe des députés sur son accord sans même leur soutien -- une étape que Theresa May n'avait pas réussi à franchir. Et Boris Johnson appelle à présent à des élections anticipées qui pourraient coûter cher à l'intransigeant DUP, alors que l'Irlande du Nord avait voté contre le Brexit lors du référendum de juin 2016.

L'accord de Brexit conclu par Boris Johnson rend nécessaires des contrôles douaniers une fois que le Royaume-Uni aura quitté le marché unique et l'union douanière, à la fois entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord, mais aussi entre les deux parties de l'Irlande.

"Le parti a raison de dire que le nouvel accord affaiblira avec le temps la place de l'Irlande du Nord dans l'Union", relevait récemment l'éditorialiste Fintan O'Toole dans l'Irish Times. "Mais c'est le résultat du Brexit qu'ils ont soutenu avec enthousiasme".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK