Les ultranationalistes serbes brûlent des drapeaux de l'UE et des USA

Les ultranationalistes serbes brûlent des drapeaux de l'UE et des USA
Les ultranationalistes serbes brûlent des drapeaux de l'UE et des USA - © ANDREJ ISAKOVIC - BELGAIMAGE

L'ultranationaliste serbe Vojislav Seselj a encore défié l'Occident mardi lors d'une manifestation marquant le 16e anniversaire du début des frappes aériennes de l'Otan contre la Serbie, déclenchées pour mettre fin à la répression des forces serbes dans la province du Kosovo, majoritairement albanaise.

"Nous n'oublierons jamais l'agression contre notre pays et voilà ce que nous pensons de l'Occident" a déclaré Vojislav Seselj devant quelques 200 sympathisants rassemblés dans le centre de Belgrade qui ont incendié des drapeaux de l'Otan, de l'Union européenne, des États-Unis et du Kosovo.

Après 78 jours de bombardements - qui ont détruit une importante partie des infrastructures de la Serbie -, les forces serbes ont fini par se retirer du Kosovo ouvrant la voie à la déclaration d'indépendance, intervenue en 2008, de cette ex-province méridionale de la Serbie.

Vojislav Seselj, qui à l'époque était vice-Premier ministre du gouvernement serbe, a brandi le drapeau en flammes des États-Unis devant les manifestants enthousiastes, réunis devant les ruines d'immeubles de l'armée serbe détruits par l'Alliance atlantique.

"Non à une Serbie dans l'Otan et dans l'UE", a-t-il lancé.

Vojislav Seselj, 60 ans, qui était détenu et jugé pour crimes de guerre en Croatie (1991-95) et en Bosnie (1992-95) depuis près de douze ans par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), avait été remis en liberté provisoire à la mi-novembre dernier pour raisons de santé, sans qu'un verdict ne soit prononcé.

Dès son retour en Serbie, Vojislav Selselj a renoué avec la rhétorique nationaliste en prônant - tout comme durant les conflits ayant déchiré l'ex-Yougoslavie dans les années 1990 -, la création d'une "Grande Serbie" incluant de vastes territoires de pays voisins.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK