Les Syriens sont bien présents au JO, sous leur drapeau

Un citoyen syrien attend pour être pris en photo avec la torche olympique à Londres
Un citoyen syrien attend pour être pris en photo avec la torche olympique à Londres - © AP PHOTO / JAE C. HONG

Malgré la crise, la Syrie est bien présente aux JO. La délégation du pays est arrivée à Londres. 28 sportifs qui refusent de parler de politique. La politique est pourtant bien présente. En cas de problème, les Syriens pourraient défiler sous le drapeau olympique. Ce ne serait pas la dernière fois.

"Je n'ai rien à dire sur ce qui se passe. Le sport et la politique sont deux choses différentes. Je n'ai rien à dire à ce sujet", répond l’un des athlètes, interrogé par un journaliste.

Sport et politique, sans rapport ? Les athlètes ont pourtant bien été reçus par Bachar Al-Assad avant leur départ. Et le président du Comité olympique syrien, un général, n'a pas obtenu son visa pour la Grande-Bretagne.

En tout cas, en cas de désaccord politique au sein de l'équipe, le Comité olympique a tout prévu. "Si cela devenait trop compliqué, ils pourraient participer sous le drapeau olympique. Ils seraient alors des athlètes mondiaux. Nous prendrons soin de cette délégation quoi qu'il arrive", explique Gerhard Heiberg, du Comité.

Défiler sous le drapeau olympique ?

En 2012, trois athlètes défileront sous le drapeau olympique : le marathonien du Sud-Soudan Guor Marial, ainsi que deux athlètes de l'île de Curaçao.

La présence de Philipine van Aanholt, spécialiste de voile, et du judoka Reginald de Windt sous cet étendard est le résultat de la disparition de leur pays, les Antilles Néerlandaises, absorbées par les Pays-Bas en 2010.

Autrefois dotées d'un Comité national olympique reconnu par le CIO, les Antilles Néerlandaises ont obtenu le droit de voir leurs athlètes concourrir  sous le drapeau olympique, la seule chance pour eux d'être sélectionnés pour les JO.

La présence de Guor Marial a été plus laborieuse et officialisée seulement samedi par le CIO. Né dans ce qui est devenu le Sud-Soudan, pays indépendant depuis un an, ce marathonien de très bon niveau réside aux Etats-Unis mais ne possède aucun passeport.

Le Sud-Soudan, indépendant depuis juillet dernier, n'a pas encore de comité olympique et le CIO a refusé que ses athlètes participent aux JO sous leur propre drapeau.

C'est la troisième fois que des athlètes défilent sous le drapeau olympique. En 1992, les athlètes d'ex-Yougoslavie et de Macédoine étaient dans ce cas et avaient remporté trois médailles à Barcelone.

En 2000, quatre sportifs du Timor oriental s'étaient alignés à Sydney.

Les Comités nationaux olympiques sont en effet normalement les seuls à pouvoir envoyer des athlètes aux Jeux.

RTBF et AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK