Les Suisses se prononcent par référendum sur une loi anti-homophobie

Les Suisses se prononcent par référendum sur une loi anti-homophobie
Les Suisses se prononcent par référendum sur une loi anti-homophobie - © Tous droits réservés

Les Suisses votent dimanche par référendum sur une loi interdisant la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle, saluée comme un "garde-fou" contre l'homophobie par ses partisans, mais décriée comme une forme de "censure" par ses adversaires.

La nouvelle loi élargit une législation déjà existante en matière de discrimination et appels à la haine raciale ou religieuse, en l'étendant à l'orientation sexuelle.

Cette réforme du code pénal, adoptée en 2018, se heurte à l'opposition de milieux conservateurs et populistes, qui ont lancé ce référendum dans l'espoir de lui faire barrage au nom de "la liberté d'expression, de conscience et de commerce".

Jean-Pierre Sigrist, 71 ans, ancien professeur de lycée à Genève et militant gay, leur oppose que la liberté d'expression "n'est pas la liberté de dire n'importe quoi", et que cette loi constitue "un garde-fou supplémentaire face aux actes homophobes".

Si la loi dite anti-homophobie avait existé il y a 40 ans, "peut-être que je ne me serais pas fait tabasser en sortant d'un bar genevois et qu'on ne m'aurait pas ri au nez lorsque j'ai porté plainte", a-t-il confié dans les jours avant le vote.

Tous les grands partis à l'exception du plus important, l'Union Démocratique du Centre (UDC, droite populiste), ont estimé que la protection contre la discrimination en raison de l'orientation sexuelle était insuffisante en Suisse.

Les partisans du texte s'appuient aussi sur le fait que la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle est déjà sanctionnée dans d'autres pays européens, et que le Conseil de l'Europe comme l'ONU ont demandé à la Suisse de renforcer son arsenal contre l'homophobie.

Des représentants de l'UDC et de l'Union démocratique fédérale (UDF), un petit parti qui défend des valeurs chrétiennes, ont à l'inverse pris l'initiative de ce référendum en appelant à voter "non" aux nouvelles dispositions.

"Nous voulons nous aussi lutter contre la haine et la discrimination dans notre société", assure sur son site internet le comité "Non à la Censure". Selon lui, "la loi actuelle ne verse que plus d'huile sur le feu sans résoudre durablement aucun problème. Au contraire: cela remet en question notre Suisse libre et idéologiquement plurielle".

La nouvelle loi punit le dénigrement public et la discrimination de toute personne en raison de son orientation sexuelle, ou toute attitude visant à attiser la haine à son égard, par l'écrit, la parole, des images ou des gestes. Elle ne réprime pas en revanche des propos tenus dans le cercle familial ou entre amis.

Les restaurants, hôtels, entreprises de transports, cinémas ou piscines ne pourront pas refuser l'accès de quelqu'un en raison de son orientation sexuelle. Le texte prévoit des amendes ou des peines pouvant aller jusqu'à trois ans de prison.

Au sein des milieux LGBT, certains craignent toutefois qu'une protection spéciale ne les stigmatise davantage. "Je me bats pour l'acceptation et la normalisation de ma sexualité. Mais pour moi, la normalisation signifie aussi ne pas exiger de droits spéciaux", fait valoir Michael Frauchiger, co-président du comité "Droits spéciaux NON!".

Les sondages montrent les Suisses plutôt favorables au nouveau texte, avec un écart qui s'est toutefois réduit au fil du temps.

Le vote est ouvert jusqu'à midi heure locale mais la très grande majorité des électeurs a déjà pu voter par courrier. Les résultats sont attendus dans l'après-midi.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK