Les prostituées russes restent à l'écart du Mondial 2018 pour échapper à la pression policière

Des danseuses se préparent au club de strip-tease Golden Girls, dans le centre de Moscou, le 1er juin 2018
3 images
Des danseuses se préparent au club de strip-tease Golden Girls, dans le centre de Moscou, le 1er juin 2018 - © Maxim ZMEYEV

Pour les prostituées russes, le Mondial 2018 de foot et son public très masculin a toute les apparences d'une aubaine. En réalité, nombre d'entre elles vont rester à l'écart de l'événement pour échapper à la forte pression policière attendue.

"La plupart des maisons closes sont en train de fermer, la police prévient que celles qui resteront ouvertes le feront à leurs propres risques", explique à l'AFP Irina Maslova, à la tête de Serebriannaïa Rosa, une association de défense des droits des prostituées.

Et au final, seules les maisons disposant de protections assez puissantes au sein de la police et des autorités, en échange d'une partie de leurs revenus, pourront exercer pendant la Coupe du Monde qui s'ouvre jeudi jusqu'au 15 juillet.

Vantées comme "les meilleures au monde" par le président russe Vladimir Poutine, les prostituées étaient nombreuses à arpenter les rues pendant les années 1990, marquées par une libéralisation des mœurs et l'appauvrissement de nombreux Russes suivant la chute de l'URSS.

Ces dernières années, les autorités ont progressivement durci le ton, forçant des travailleuses du sexe à entrer dans la clandestinité. Le secteur a également subi de plein fouet la crise financière de 2014, causant une baisse de la demande et des tarifs.

Leçons d'anglais

Si la prostitution est illégale en Russie, les strip-clubs, eux, sont acceptés et se frottent les mains, se préparant à une hausse de leurs revenus après plusieurs années de vache maigre.

Afin de pouvoir faire face à une clientèle étrangère, le club a offert des leçons d'anglais à ses employées. "Ce sont des leçons d'anglais banales, on discute de thèmes variés: comment réserver un hôtel, comment parler avec les clients", explique Melanie, une strip-teaseuse de 29 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK