Les Premiers ministres grec et macédonien proposés pour le prix Nobel de la paix

Les Premiers ministres grec et macédonien, Alexis Tsipras et Zoran Zaev.
Les Premiers ministres grec et macédonien, Alexis Tsipras et Zoran Zaev. - © MAJA ZLATEVSKA - AFP

Les Premiers ministres grec et macédonien, Alexis Tsipras et Zoran Zaev, ont été nominés mardi pour le prix Nobel de la paix par la colauréate tunisienne de 2015, Wided Bouchamaoui, pour leur engagement dans la résolution d'un long différend opposant leur deux pays.

Les deux dirigeants ont conclu en juin l'accord de Prespa qui prévoit le changement du nom de la Macédoine en "République de Macédoine du nord", mais sa mise en oeuvre doit franchir encore plusieurs obstacles, notamment devant le parlement macédonien.

Le changement de nom devrait mettre un terme à un litige vieux de près de trois décennies entre deux voisins et lever le veto grec à l'adhésion de la Macédoine à l'Otan et à son rapprochement de l'Union européenne.

"L'accord de Prespa est un exemple"

En s'adressant à une conférence à Skopje, Wided Bouchamaoui a déclaré être "honorée de pouvoir nominer Zoran Zaev et Alexis Tsipras pour le prix Nobel de la paix" de 2019.

"L'accord de Prespa est un exemple (montrant) comment les différends peuvent être réglés par le dialogue et c'est un message pour tout le monde", a-t-elle dit.

Wided Bouchamaoui faisait partie du quartet pour le dialogue national tunisien qui a reçu le Nobel de la paix en 2015.

Les opposants à l'accord ont plusieurs fois manifesté en Grèce et en Macédoine, mécontents du compromis auquel les deux dirigeants sont parvenus.

La Grèce dénie à son petit voisin l'usage du simple nom de "Macédoine", sans attribution géographique supplémentaire, considérant que c'est celui de sa province septentrionale.

Changements en vue

Le parlement macédonien a lancé le 20 octobre la procédure d'amendement de la Constitution en vue de changer le nom du pays. Pour définitivement entériner l'accord avec la Grèce, ces changements devront être approuvés par un vote à majorité des deux tiers des parlementaires d'ici à la fin janvier. L'accord devra ensuite être ratifié par le parlement grec.

En visite mardi à Skopje, le numéro deux de la diplomatie américaine, John Sullivan, a lui aussi salué le "leadership courageux" des deux dirigeants dans le dialogue. Après s'être entretenu avec Zoran Zaev, John Sullivan a également réitéré les accusations portées par Washington contre Moscou de vouloir "saper" l'accord de Prespa.

"Les Etats-Unis restent aux côtés de la Macédoine et l'influence russe n'est pas une surprise pour nous, sachant quelle est la voie que la Macédoine a choisie", a déclaré le diplomate américain. Moscou, qui est contre l'élargissement de l'Otan, rejette ces accusations.

Archives : Journal télévisé 17/06/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 13h
en direct

La Une

JT 13h