Les Portugais élisent leur président au plus fort de l'épidémie

Malgré l'explosion des cas de Covid-19 et un nouveau confinement générales, les Portugais ont commencé à voter ce dimanche pour une élection présidentielle qui doit entériner la reconduction du candidat sortant, le conservateur modéré Marcelo Rebelo de Sousa. Le suspense porte sur le score du candidat d'extrême droite André Ventura, qui pourrait créer la surprise en arrivant deuxième.

Marcelo Rebelo de Sousa: un président populaire

3 images
Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa regarde la mer sur l'île de Gorée, à 3 km au large de la ville de Dakar, le 13 avril 2017 © MOUSSA SOW - AFP

Tous les sondages prévoient une victoire de l'actuel président dès le premier tour. Les quatre présidents qu'a connu le Portugal depuis l'avènement de la démocratie, en 1974, ont tous été réélus dès le premier tour pour un second mandat de cinq ans.

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa est resté très populaire depuis son élection il y a 5 ans. Il cultive l'image d'un chef de l'Etat proche des gens.

Un président qui attend patiemment son tour en bermuda dans la queue d'un supermarché, qui n'hésite pas à se jeter à la mer pour venir en aide à deux jeunes filles dont le canoë s'est retourné ou encore à partager un repas avec des sans-abris: les anecdotes se multiplient et ne surprennent plus les Portugais.

L'actuel chef de l'Etat a cohabité sans accroc majeur avec les socialistes du Premier ministre Antonio Costa qui, pour s'éviter une défaite assurée, n'ont présenté aucun candidat.

Le chef du gouvernement a même refusé de soutenir la socialiste Ana Gomes, une diplomate de carrière âgée de 66 ans, devenue une éminente militante anticorruption et qui s'est posée en rempart contre la montée de l'extrême droite.

André Ventura: montée du populisme

3 images
Le chef du parti d'extrême droite portugais Chega, Andre Ventura, au Monument aux morts de la Grande Guerre à Lisbonne, le 8 janvier 2021. © CARLOS COSTA - AFP

Si la première place semble assurée à Marcelo Rebelo de Sousa pour un nouveau mandat, le candidat d'extrême droite, André Ventura, pourrait créer la surprise en remportant la seconde place, devant l'ex-eurodéputée socialiste Ana Gomes.

André Ventura dit vouloir "écraser la gauche", qui compte trois des sept candidats, et espère ainsi confirmer la progression du populisme de droite dans un pays qui, jusqu'ici, faisait figure d'exception.

Dans les dernières enquêtes, M. Rebelo de Sousa était crédité d'au moins 58% des intentions de vote, contre près de 15% pour la socialiste Ana Gomes et un peu plus de 10% pour le populiste de droite André Ventura.

Les observateurs redoutent une abstention record, qui pourrait avoisiner les 70%, car le pays, frappé de plein fouet par la pandémie de Covid-19. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK