Les négociations vont commencer en Turquie pour former un gouvernement

Les négociations vont commencer en Turquie pour former un gouvernement
Les négociations vont commencer en Turquie pour former un gouvernement - © ADEM ALTAN - AFP

Deux jours après les élections législatives, le président Recep Tayyip Erdogan devrait charger le Premier ministre sortant de former un nouveau gouvernement. Cela s'annonce compliqué. Après sa défaite, l'AKP doit se trouver un partenaire pour se maintenir au pouvoir.

C'est l'option 1, encouragée par le président Erdogan lui-même. Mais avec quel partenaire ?

Pendant la campagne électorale, les trois autres partis avaient exclu de s'associer avec l'AKP pour former un gouvernement. Leurs positions ont peut-être évolué ?

Une coalition avec le MHP, le parti nationaliste turc, serait la plus plausible. C'est le parti le plus proche de l'AKP sur l'échiquier politique.

L'option 2, c'est le gouvernement minoritaire. L'AKP monterait seul au pouvoir, sans majorité absolue. Du coup, il négocierait en fonction des dossiers. Mais a priori, cette option n'est pas prise très au sérieux par l'AKP.

Et si les trois partis d'opposition s'associaient pour former un gouvernement et reléguer l'AKP dans l'opposition. C'est l'option 3, mathématiquement possible. Mais en réalité, on ne voit très bien comment ces trois partis pourraient s'entendre.

Leurs points de vue, sur la question kurde par exemple, sont très différents.

La Turquie dispose de 45 jours pour former un nouveau gouvernement. Sinon, option 4, c'est le retour aux urnes. Des élections anticipées et la possibilité, peut-être, de rebattre les cartes pour l'AKP ?

 

A. Wavreille avec J. Bastion

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK