Les Musulmans doivent-ils s'excuser pour les crimes commis en leur nom?

Les Musulmans doivent-ils s'excuser pour les crimes commis en leur nom?
Les Musulmans doivent-ils s'excuser pour les crimes commis en leur nom? - © Tous droits réservés

Les Musulmans doivent-ils s'excuser pour les crimes commis en leur nom par le groupe terroriste de l'Etat islamique ? Doivent-ils s'indigner publiquement, manifester leur désaccord ? Ne sont-ils pas deux fois victimes entre le marteau de l'EI (dont l'écrasante majorité des victimes sont musulmanes) et l'enclume de la stigmatisation? Le débat est ouvert.

Sur la toile, une campagne "Not in my name" ("Pas en mon nom") a été lancée en Grande-Bretagne. Elle est aujourd'hui largement relayée en France et elle a déjà recueilli 80 000 signatures.

Mais d'autres initiatives sont plus malheureuses, comme ce sondage publié par le Figaro (mais retiré au bout d'une heure) demandant aux Français si, à leur avis, les Musulmans condamnaient assez fermement les actes barbares commis par les djihadistes.

La communauté musulmane se sent quelque peu stigmatisée et redoute l'amalgame. Asma, une jeune belge de confession musulmane, estime que la campagne "Not in my name" en Grande-Bretagne "coule de source parce que là-bas, les Musulmans sont décomplexés. Ils vivent dans une société qui dialogue. Ils ne vivent pas entre communautés dans des ghettos". 

"Sur la question du conflit, on n'ose même pas se positionner", confie-t-elle au micro de la RTBF. "Si on parle d'État islamique, on sera vu dans les médias en tant que musulmans, on va être pointés du doigt... On a peur des répercussions sur notre vie professionnelle".

Et elle poursuit: "Nous ne sommes vraiment pas dans le même contexte. En Grande-Bretagne, la campagne apaise les tensions... Mais en Belgique... Voilà, quoi... On nous dit 'vous avez vu en Grande-Bretagne ? Les Musulmans là-bas sont sortis, ils sont sortis contre l'Etat islamique et ici ils ne sont pas foutus de se bouger et ne sont bons que pour aller pointer au chômage'. On ne parle pas à un sourd. Je pense que le 'vrai' Musulman, c'est quelqu'un qui est doux, doté d'humanité, qui s'indigne à propos de toutes les injustices... pas forcément publiquement. Tout être humain devrait s'indigner pour ce genre d'atrocités".  

Avec Françoise Wallemacq

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK