Les ministres européens de l'Intérieur vont parler d'immigration

Ouverture des frontières hongroises vers l'espace Schengen
Ouverture des frontières hongroises vers l'espace Schengen - © FERENC FUEZESI (archives EPA)

L'immigration est au menu des ministres européens de l'Intérieur ce jeudi à Bruxelles. Ils vont discuter plus précisément de l'espace Schengen. Les 27 doivent étudier les dernières propositions de la Commission pour améliorer le fonctionnement de cet espace sans frontières.

Le Danemark vient d'annoncer qu'il rétablissait en partie les contrôles à ses frontières avec l'Allemagne et la Suède. La France et l'Italie veulent pouvoir refermer leurs frontières en cas d'afflux massif de migrants dans l'un des Etats membres.

La Commission veut bien en discuter mais dans un cadre très européen qui jusqu'à présent n'a pas plu aux Etats membres.  

On pourrait imaginer les frontières, dit la Commissaire Cécilia Maelström, mais ce mécanisme ne serait utilisé qu'en dernier recours, dans des situations réellement critiques, et l'on sait que l'Italie est bien la seule à considérer que 30 OOO migrants en Italie c'est une situation critique. Mais, surtout, la Commission souhaite que la décision soit prise au niveau européen. Aujourd'hui ce sont les Etats membres qui gèrent ensemble cet espace. Ils observent ce que font les uns et les autres. La Commissaire propose que ce soient les institutions européennes qui se chargent de ce contrôle, cela renforcerait la confiance entre Etats, dit la Commissaire, cela éviterait les initiatives unilatérales qui ont mené à la guéguerre franco-italienne.

En cas d'afflux massif de migrants, c'est au niveau européen que se prendrait la décision de refermer telle ou telle frontière, de manière temporaire, en attendant de trouver une solution à cette arrivée d'exilés. La proposition de la Commission est donc beaucoup moins radicale que les idées franco-italiennes. La discussion de ce jeudi permettra de voir jusqu'où peut aller la Commission. La Commissaire rappelle également que l'agence Frontex, chargée de coordonner la surveillance des frontières externes de l'Union, pourrait être plus active sur le terrain, si seulement les 27 lui en donnaient les moyens.

La discussion d'aujourd'hui entre ministres se prolongera fin juin par un débat sur le même sujet entre les dirigeants européens.

 

Anne Blanpain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK