Utøya: "On refait exactement ce qui nous a valu d'être massacrés"

Les jeunes travaillistes de nouveau à Utøya, 4 ans après l'attentat de Breivik
Les jeunes travaillistes de nouveau à Utøya, 4 ans après l'attentat de Breivik - © Aleksander andersen - AFP

La Norvège commémore aujourd'hui le quatrième anniversaire des attaques perpétrées par Anders Behring Breivik. Le terroriste d’extrême-droite avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011, en faisant exploser une bombe au cœur du quartier gouvernemental d’Oslo, puis en massacrant un à un des jeunes militants travaillistes réunis en camp d’été sur l’île d’Utøya.

Dans quelques jours, cette île va accueillir de nouveau le camp d’été des jeunes travaillistes, pour la première fois depuis 2011. Le camp était délocalisé, ces deux dernières années, à quelques kilomètres de là sur le continent.

En quatre ans, Utøya n’a rien perdu de son côté idyllique. Mais à l’heure d’accueillir à nouveau le camp d’été des jeunes travaillistes, la petite île s’est enrichie de plusieurs grands bâtiments en bois et d’un monument dédié aux victimes du 22 juillet 2011.

Plus le temps passe et plus je suis certaine que les choix politiques que j’ai fait étaient les bons

"On veut montrer qu’on n’a pas renoncé, on veut dire qu’ici c’est chez nous, notre engagement politique est ici et personne n’aura le droit de nous l’enlever, explique Renate Tårnes, l’une des cadres des jeunes travaillistes, qui se réjouit de ce retour à la maison. C’est pour ça qu’on revient à Utøya, pour continuer une histoire très riche, et pour refaire exactement ce qui nous a valu d’être attaqués".

La jeune femme a vu son petit ami tomber sous les balles d’Anders Behring Breivik. Pour elle comme pour tant d’autres, la page ne sera jamais tournée. "Je crois qu’aucun d’entre nous n’en aura jamais fini avec ce qui s’est passé".

"On le gère de mieux en mieux, mais il y a certaines choses avec lesquelles on doit vivre, ajoute-t-elle. En tout cas plus le temps passe et plus je suis certaine que les choix politiques que j’ai fait avant le 22 juillet 2011 étaient les bons".

La solidarité et la défense d’une société multiculturelle seront au cœur des discussions politiques cette année. Afin de créer un sentiment de sécurité, deux policiers seront présents sur l’île tout au long du camp.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK