Les Israéliens votent, l'avenir de Netanyahu dans la balance

Plus de six millions d'Israéliens sont appelés à élire leur parlement mardi. Leur vote décidera si Benjamin Netanyahu maintiendra sa position dominante en politique, ou si l'heure du changement est venue avec le novice Benny Gantz.

Les bureaux de vote ont ouvert à 07H00 locales (04H00 GMT). Les électeurs auront jusqu'à 22h00 pour choisir dans les écoles, les mairies ou les casernes parmi une quarantaine de listes, afin d'élire les 120 députés qui les représenteront à la Knesset.

Le pays retiendra son souffle à la fermeture des bureaux de vote quand seront publiés les premiers sondages. L'issue aura été incertaine jusqu'au bout entre les listes des deux Benjamin: le Likoud (droite) de "Bibi" Netanyahu et l'alliance Bleu-blanc (centre droit) de "Benny" Gantz.

D'un côté, M. Netanyahu, 69 ans, dont plus de 13 années passées au pouvoir à mener les opérations militaires de son pays et à parler d'égal à égal aux grands de ce monde.

Il est en quête d'un cinquième mandat et peut-être d'un record de longévité, qu'il ravirait en juillet à l'historique David Ben Gourion, si le président Reuven Rivlin, au vu de la composition du parlement, lui confiait la tâche de former le prochain gouvernement.

Face à lui, se présente entre autres Benny Gantz, 59 ans, ancien parachutiste, ancien commandant d'une unité de forces spéciales et ancien chef d'état-major.

M. Gantz n'était pas encore entré en politique il y a moins de six mois.


►►► A lire aussi: Comment Benny Gantz a réussi à rivaliser avec Benjamin Netanyahou


Faute de faire apparaître des différences de programme significatives, la campagne aura paru transformer ces élections en un référendum sur la personne de M. Netanyahu, adoré des uns, détesté des autres, et ne laissant personne indifférent.

Proximité avec Trump

Pour M. Gantz, il s'agit avant tout de mettre fin aux années de divisions et de corruption incarnées par le Premier ministre sortant. Pour M. Netanyahu lui-même, personne mieux que lui ne garantit la sécurité et la prospérité de son pays.

La victoire lui semblait assurée quand, en décembre, il a provoqué ces élections anticipées avant l'échéance de novembre 2019. L'initiative a été largement interprétée comme une manoeuvre de plus de la part de cet homme réputé maître stratège, afin de revendiquer une fraîche victoire électorale face aux menaces d'inculpation.

Depuis, M. Gantz s'est lancé, et a construit une liste solide avec, aux cinq premières places, trois anciens commandants des armées, un ancien ministre des Finances et l'ancien chef de la centrale syndicale nationale.

Et, en février, le procureur général a annoncé son intention d'inculper M. Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires de dons reçus de la part de milliardaires, d'échanges de bons procédés entre gouvernants et patrons, et de tentatives de collusion avec la presse.

Les derniers sondages autorisés mettaient vendredi le Likoud et Bleu-blanc au coude-à-coude. Mais, avec une trentaine de sièges prédits à chacun, l'un et l'autre restaient loin de la majorité absolue (61 sur 120) et devraient s'allier à d'autres formations pour gouverner.

Les projections de résultats des autres listes suggèrent que M. Netanyahu aurait alors l'avantage pour former une coalition. Mais tous les experts ont mis en garde contre la faillibilité des enquêtes d'opinion.

Au cours des derniers jours d'une campagne acrimonieuse où le Likoud aura lâché un feu roulant d'attaques contre M. Gantz, M. Netanyahu aura continué à se prévaloir de ses réussites diplomatiques et de sa proximité avec le président Donald Trump.

Qui d'autre?

En pleine campagne, ce dernier a fait ce qui a été largement considéré comme un cadeau à M. Netanyahu en reconnaissant la souveraineté israélienne sur la partie du Golan syrien annexée par l'Etat hébreu.

Qui d'autre, en Israël, "est capable (d'obtenir) ça ?", demandait-il dimanche au site d'informations Arutz Sheva, "qui peut parler au reste du monde ? Qui peut parler au Congrès américain? Qui peut entraîner l'opinion publique dans une telle direction?"

Comme en 2015, dans ce qui ressemble fort à un appel du pied à l'électorat de droite, il a sorti une surprise de dernière minute en se disant prêt, au mépris d'un large consensus international, à annexer les colonies israéliennes de Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis plus de cinquante ans par Israël.

Chef d'une coalition gouvernementale réputée la plus à droite de l'histoire d'Israël, M. Netanyahu pourrait rempiler à la tête d'une coalition encore plus droitière.

La grande question de ces élections est de savoir s'il aura réussi à convaincre les électeurs de fermer les yeux sur la suspicion et l'opportunisme associés à son nom, et sur une rhétorique volontiers décriée comme anti-arabe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK