Les indépendantistes écossais veulent y croire

Alec Salmond
Alec Salmond - © STAN HONDA - BELGAIMAGE

A 5 mois du référendum sur l'indépendance écossaise, le parti indépendantiste tient son dernier congrès. Un congrès où il s'agira de ratisser large et d'aller chercher des voix dans les autres partis écossais. Le Premier ministre écossais le sait : le 18 septembre prochain, il ne parviendra pas à obtenir l'indépendance en se basant uniquement sur les forces de son parti, le SNP.

Alec Salmond a donc choisi d'élargir son auditoire, il vise les travaillistes en leur promettant qu'un gouvernement écossait indépendant ne serait pas forcément dirigé par un Premier ministre issu du SNP, mais qu'on pourrait imaginer un travailliste à la tête de l'Ecosse, ou une coalition.

La numéro deux du gouvernement régional écossais actuel a expliqué de son côté qu'en cas de victoire du oui, les banques alimentaires et les personnes handicapées pourraient bénéficier de nouvelles aides financières, les sous-marins britanniques basés dans les eaux écossaises en seraient définitivement retirés.

Bref, il s'agit pour le SNP d'essayer d'aller chercher ailleurs les voix qui lui manquent. Les sondages estiment qu'à peu près un tiers seulement des Ecossais sont prêts à voter oui mais ces derniers temps, certaines enquêtes montent à 45% de oui.

La Grande-Bretagne a accepté le référendum tout en plaidant pour le maintien de l'écosse en son sein, les autorités britanniques ont déjà à plusieurs reprises annoncé que l'écosse indépendante ne serait pas automatiquement membre de l'Union européenne, que la petite Ecosse seule payerait plus cher son énergie qu'aujourd'hui intégrée dans la Grande-Bretagne.

Les partisans du non à l'indépendance ont annoncé qu'ils commenceraient leur campagne le mois prochain.

Anne Blanpain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK