Les hommes violents désormais interdits de visa en Australie

La star de la boxe Floyd Mayweather, n'est plus la bienvenue en Australie.
La star de la boxe Floyd Mayweather, n'est plus la bienvenue en Australie. - © Yong Teck Lim - AFP

L’Australie ferme la porte aux individus condamnés pour violences domestiques envers les femmes et les enfants. Ils seront désormais, soit interdits d’entrée sur le territoire, soit expulsés. Canberra entend ainsi intensifier sa lutte contre la délinquance. C’est une nouvelle manière de serrer la vis.

« Vous n’êtes pas les bienvenus dans ce pays ». Le ministre de l’Immigration, David Coleman, l’a martelé à l’annonce de sa nouvelle loi. Une loi ferme. Plus ferme que l’ancienne. Avant, seul un test de moralité ou une peine de 12 mois de prison pouvaient bloquer une demande de visa.

Deux remparts fréquemment contournés d’ailleurs par les demandeurs de visas. Ainsi, en octobre dernier, un Danois condamné pour agression sur son fils avait pu faire valider son visa. Il avait frappé le garçon à la tête et lui avait donné un coup de pied. Cela lui avait valu un an de prison avec sursis. Une mesure insuffisante pour que l’Australie refuse l’entrée du père. A l’heure qu’il est, son entrée sur le territoire et toujours compromise. Surtout avec l’entrée en vigueur de cette nouvelle loi.

Certains pays invoquent la moralité, d’autres la violence

Cette loi qui ne nécessite plus 12 mois de prison minimum laisse certains députés australiens sceptiques. Ils relèvent des failles.

La décision d’accorder ou pas le visa aux étrangers s’appuiera sur les décisions de justice rendues dans les pays d’origine. Et la violence envers les femmes et les enfants n’est pas partout considérée de la même manière. Certains pays en feront une question de violence, d’autres une question de moralité…

Par le passé, Canberra avait déjà refusé des visas au rappeur américain Chris Brown. C’était pour avoir battu la diva pop, Rihanna, en 2009. La star de la boxe Floyd Mayweather, n’est également plus la bienvenue en Australie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK