Les glissements de terrain, le nouveau danger qui menace le Népal

Une route endommagée par le séisme de samedi à la frontière entre le Népal et la Chine
Une route endommagée par le séisme de samedi à la frontière entre le Népal et la Chine - © STR - BELGAIMAGE

Alors que le bilan du séisme qui a frappé samedi le Népal pourrait atteindre 10 000 morts selon les autorités, un nouveau danger menace le pays : les glissements de terrain avec le risque de voir des camps de réfugiés engloutis par la terre.

Le dernier bilan provisoire du tremblement de terre est aujourd'hui passé à plus de 4300 morts et 8000 blessés. Et selon le Premier ministre népalais, il pourrait atteindre les 10 000 victimes.

Si tout le monde se mobilise, l'arrivée des secours reste compliquée, dans la capitale, Katmandou, mais surtout dans le pays où de nombreuses vallées et villages demeurent difficilement inaccessibles.

Or, un nouveau danger menace ces vallées. Un tremblement de terre peut aussi à court terme accélérer des glissements de terrain. La terre pourrait alors engloutir des camps de réfugiés.

C'est ce qu'explique Kristel Chanard, géophysicienne, elle se trouve au Népal : "Des camps de fortune s’installent déjà dans la vallée de Katmandou, mais on a très peu d’informations sur ce qui se passe dans les autres vallées, qui ont probablement été très touchées aussi par le tremblement de terre parce que les moyens de communication sont coupés. On sait qu’il y a eu de nombreux glissements de terrain, et malheureusement ces vallées sont, chaque année, sujettes à de gros glissements de terrain pendant la mousson qui va arriver dans un peu plus d’un mois. Un tremblement de terre, un fort tremblement de terre, va causer beaucoup de vibrations dans le sol et affaiblir de nombreuses pentes. Donc, si les gens s’installent très proches de glissements de terrain potentiels, cela pourrait amener d’autres catastrophes."

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK