Les glaciers suisses ne seront bientôt plus que des lacs

On le sait le réchauffement climatique remodèle profondément le paysage, notamment celui des Alpes suisses, entraînant une fonte massive des glaciers et ainsi la création d’environ 1200 lacs depuis 1850.

Selon une étude annuelle publiée par l’Académie suisse des sciences, 180 d’entre eux ont été créés durant la dernière décennie.

Malgré les accords de Paris sur le climat la situation reste inévitable

C’est ce qu’a démontré une étude de l’école polytechnique fédérale de Zurich. Elle estime que même si les accords de Paris pour limiter le réchauffement de la planète en dessous de 2 degrés centigrades étaient une parfaite réussite, on ne pourrait quand même pas éviter une évaporation de 2 tiers des glaciers.

Sur les 1200 lacs apparus depuis la moitié du 19e siècle, 1000 d’entre eux existent encore. Lorsque les champs de glace se retirent, ils laissent souvent derrière eux des dépressions et des barrages naturels, des bassins qui en se remplissant d’eau de fonte forment de nouveaux lacs.

L’année dernière les glaciers suisses ont perdu 2% de leur volume. Des chercheurs tentent donc de protéger cela comme ils peuvent.

La glace, "mémoire de la façon dont l’humanité a altéré l’atmosphère"

Une mission organisée par l’Institut des sciences polaires (ISP) du Conseil national de la recherche italien (le CNR), l’université Ca' Foscari de Venise et l’Institut suisse Paul Scherrer tente de protéger les glaciers suisses.

Ice Memory est un projet visant à créer un sanctuaire mondial d’archives glaciaires, en Antartique, afin de conserver des échantillons des principaux glaciers mondiaux en péril.

L’équipe a foré à plus de 80 m dans les profondeurs du Colle Gnifetti, à la frontière entre la Suisse et l’Italie.

Ces carottes contiennent des informations sur le climat et l’environnement d’il y a dix mille ans, précise un communiqué. Cela signifie que la glace la plus ancienne des Alpes sera stockée en Antarctique. Afin que les scientifiques disposent encore de matière première de qualité pour aboutir aux découvertes du futur, et protéger le peu de glace originale qu’il va rester d’ici peu de temps.

Ice Memory est un projet transgénérationnel qui impliquera les enfants d’aujourd’hui qui deviendront les scientifiques de demain", déclare Fabio Trincardi, directeur du département des sciences du système terrestre et des technologies environnementales au CNR.

"Si nous perdions des archives comme celle-ci, nous perdrions la mémoire de la façon dont l’humanité a altéré l’atmosphère. Essayons de la préserver pour les générations futures qui l’étudieront quand nous ne serons plus là."

Sur le même sujet

JT 30/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK