Il ébouriffe, il jette...: les "gaffes" de Jean-Claude Juncker en 2018

Jean-Claude Juncker accueille le Président du Monténégro, Milo Djukanovic, avant une réunion à Bruxelles le 5 juin 2018
Jean-Claude Juncker accueille le Président du Monténégro, Milo Djukanovic, avant une réunion à Bruxelles le 5 juin 2018 - © JOHN THYS - AFP

L'année 2018 a été riche en "gaffes" pour le président facétieux de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Voici quelques moments qui ont marqué le web.

Une manière de saluer un peu particulière

Jean-Claude Juncker a salué Pernilla Sjölin, cheffe adjointe du protocole à la Commission européenne, en lui secouant les cheveux alors que les dirigeants arrivaient pour le deuxième jour du sommet du Conseil européen à Bruxelles, le vendredi 14 décembre.

De l'ordre avant tout

En train de se préparer à une conférence de presse en marge du sommet du Conseil européen, Jean-Claude Juncker a décidé de mettre de l'ordre sur son pupitre en jetant discrètement par terre une liasse de documents.

"Nébuleuse" Theresa May

Jean-Claude Juncker a utilisé le mot "nébuleux" lors d'un discours pendant le sommet européen de vendredi 14 décembre. Un terme qui n'a pas du tout plu à Theresa May, qui n'a pas hésité à le faire savoir au Président de la Commission européenne. M. Juncker a tenu à clarifier son propos : "Je ne me référais pas à elle, mais à l'état général du débat en Grande-Bretagne. Comme je vous l'ai dit plus tôt, je suivais le débat à la Chambre et je ne vois pas où le Parlement britannique veut en venir et c'est pourquoi je disais que c'était nébuleux, brumeux en anglais. Je ne l’agressais pas."

Besoin d'une nouvelle coupe?

Lors d'un sommet européen à Strasbourg en février 2018 sur le futur de l'Europe, Jean-Claude Juncker a "attaqué" par derrière Guy Verhofstadt (Open Vld), pour le décoiffer vigoureusement.

Dur dur de se rappeler du Premier ministre roumain

"Viorica Dăncilă est la cinquième première ministre roumaine que j'ai eu le plaisir de recevoir depuis le début de mon mandat", a déclaré Juncker lors d'une conférence de presse à Bucarest en février. "J'aimerais que ce cycle s'arrête et qu'elle reste plus longtemps en poste car je commence à ne plus me rappeler de tous ceux que j'ai rencontrés."

Un petit pas de danse

Peut-être inspiré par les mouvements de Theresa May sur la chanson Dancing Queen du groupe ABBA, Jean-Claude Juncker a fait une petite danse devant le public qui attendait son discours à l'occasion de la Semaine européenne des régions et des villes à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK