Les gadgets et les armes qui ont permis d'abattre Ben Laden

Un SEAL  descend d'un  hélicoptère
Un SEAL descend d'un hélicoptère - © EPA

Les troupes d'élite des SEALs qui ont mis fin aux jours d'Oussama Ben Laden disposaient sans doute d'un arsenal perfectionné. Des experts américains parlent.

On savait que les Navy SEALs sont équipés d'armes wallones, entre autres, des modèles FN SCAR-L/MK 16 et FN SCAR-H/MK17, des fusils d'assaut fabriqués par la FN Herstal, mais le "Team 6" des Navy SEALs qui a mené l'assaut contre le fortin d'Oussama Ben Laden disposait sans doute d'autres armes et gadgets, selon ABC.

Selon les experts interrogés par la télé américaine, ces troupes d'élite ont accès aux armes et aux techniques les plus perfectionnées du moment.

Un arsenal de pointe

Les hélicoptères "furtifs" Blackhawk qui les ont transportés en sont un exemple. ABC les décrit comme quasiment invisibles et silencieux, non repérables au radar, et de plus disposant d'une plateforme d'observation fort utile. Les commandos attaquant Ben Laden n'étaient sans doute pas équipés de lunettes de vision de nuit, difficile à régler en cas de conditions de lumière changeante, d'où l'utilité de bien repérer les lieux avant d'agir.

De cette plateforme, les SEALs sont entraînés à tirer de façon très efficace, dit un expert. Ces tireurs d'élite disposent d'armes à feu adaptées à ce type de situation, à canon raccourci, plus aisées à manier dans des espaces exigus comme dans des véhicules ou des couloirs. L'expert, ancien SEAL lui-même, précise que du temps où il était "sniper", il disposait de huit types de fusils en fonction des différents scénarios.

Il ajoute aussi qu'il suppose que les SEALs ont utilisé des munitions de gros calibre, du .45 qui délivre plus d'énergie kinétique, voire le nouveau .50.

Des cris dans la nuit

Les troupes d'élite reçoivent des informations en temps réel des satellites et des troupes d'observation au sol. Leur casques sont équipés de caméras dont les images sont analysées en direct au poste de commandement ou dans la "situation room" à Washington, ce qui peut aider les hommes sur le terrain à identifier leurs cibles et faire face aux menaces éventuelles.

Des silencieux devaient sans doute équiper les armes des SEALs, pense un expert, pas tellement pour la discrétion vis-à-vis de l'ennemi, mais plutôt pour être à même de pouvoir continuer à communiquer entre eux quand la fusillade éclate. A ce moment, les discrets échanges par chuchotement à la radio sont abandonnés pour une technique beaucoup plus simple: on communique en criant...

Les commandos sont aussi équipés de grenades spéciales, les "flash bang", faisant plus de bruit et de lumière que les classiques mais qui sont non léthales, une autre façon de dominer physiquement et mentalement l'espace de combat.

JFH

 


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK