Les fabricants de vaccins annoncent une hausse des prix à terme

Les fabricants des vaccins Pfizer, Astra-Zeneca et Johnson & Johnson ont discrètement fait savoir à leurs actionnaires que les prix des vaccins ne sauraient tarder à augmenter et à assurer ainsi aux compagnies des bénéfices importants. Pendant la pandémie, les firmes se sont engagées à fournir les vaccins à prix coûtant. En raison de l'urgence de la situation et du fait que la recherche avait été payée en grande partie par des fonds publics. Un engagement sans contrôle extérieur ni encadrement légal. Jusqu'à la fin de la pandémie ou jusque fin-mai pour Astra-Zeneca.

De pandémie à endémie

La stratégie repose sur le fait que la pandémie prendra un jour fin. Les firmes pharmaceutiques détermineront elles-mêmes quand la pandémie se terminera. Mais, avec la présence et l'apparition régulière de nouveaux variants, les fabricants pensent qu'après la pandémie, le coronavirus va s'installer durablement, de manière endémique. Il faudra donc procéder à des rappels, justement pour contrer les nouveaux variants. Une promesse de bénéfices plantureux pour les sociétés pharmaceutiques. Selon certains observateurs, les vaccins contre le Covid-19 pourraient se révéler les médicaments les plus lucratifs du monde. Pfizer pourrait ainsi devoir à terme pas moins de 25% à 30% de ses bénéfice à son vaccin. Un bénéfice évalué à 4 milliards de dollars.

Des USA à l'Europe, un prix par dose triplé

Selon les informations réunies par The Intercept, le vaccin n'aurait pas le même prix quand il sera vendu en Europe ou aux Etats-Unis. Outre Atlantique, le vaccin en deux doses de Pfizer grimperait jusqu'au prix de 16,40 € par dose, soit 32,80 € par patient. Mais pour l'Union européenne, la note serait plus salée. 53,40 € par dose, soit 107,65 € par vaccin complet et par patient. Et ces prix pourraient encore croître. A titre d'exemple The Intercept cite le prix du vaccin contre les pneumocoques de Pfizer coûte pas moins de 200 $ (168,21 € ) par dose sur le marché. Si les firmes pharmaceutiques se sont contenue pendant la pandémie, les perspectives de profit semblent bien présentes au bout de leurs viseurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK