Les États-Unis se retirent officiellement du traité "Ciel ouvert"

Les États-Unis se retirent officiellement du traité "Ciel ouvert"
Les États-Unis se retirent officiellement du traité "Ciel ouvert" - © Belga

(Les États-Unis se sont officiellement retirés du traité "Ciel ouvert" (ou "Open Skies") dimanche. Le pays avait déjà annoncé il y a six mois son retrait de l'accord international, conçu pour renforcer la confiance mutuelle en permettant aux signataires d'obtenir des informations sur les activités de leurs partenaires.

Le traité est entré en vigueur en 1992, peu après la fin de la guerre froide. Il permet à ses 34 pays signataires, dont la Russie, de survoler les territoires des pays membres afin d'y réaliser des images photographiques et radar. L'intention est de renforcer la transparence et la confiance. La Belgique a également ratifié le traité et considère ce pacte comme une pierre angulaire de l'architecture de sécurité européenne.

Les États-Unis ont annoncé le 22 mai qu'ils se retiraient de l'accord en raison de la non-application du traité par la Russie, ce que le pays dément, et parce que les progrès technologiques limiteraient de plus en plus sa valeur ajoutée. La Russie continue quant à elle à adhérer au traité.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a demandé début du mois aux membres de l'Otan de ne plus partager les informations recueillies lors des vols d'observation avec les États-Unis.

Déclaration de Donald Trump sur le retrait du traité "Open skies" (Washington, le 21 mai) - anglais

Traduction de Donald Trump (à Washington, le 21 mai): "La Russie et nous avons développé de très bonnes relations, comme vous le savez, nous avons travaillé ensemble sur le problème du pétrole. Je pense que nous avons de très bonnes relations avec la Russie. Mais la Russie n'a pas adhéré au traité. Donc tant qu'elle n'y aura pas adhéré, nous nous retirerons. Mais il y a de fortes chances que nous concluions un nouvel accord ou que nous fassions quelque chose pour le remettre sur pied. Mais chaque fois qu'il y a un accord qu'une autre partie n'accepte pas, vous savez, nous avons beaucoup de ces accords dans le monde où il s'agit d'un accord bipartite, mais ils n'y adhèrent pas et nous y adhérons. Quand nous avons des choses comme ça, nous nous retirons aussi. C'est pourquoi avec les traités sur les armes, si vous regardez les traités sur les armes, nous allons probablement conclure un accord avec la Russie sur le traité sur les armes. Et la Chine sera peut-être incluse dans ce traité. Nous verrons ce qui se passera. Mais nous avons beaucoup de choses. Mais quand nous avons un accord où nous avons un traité et que l'autre partie n'y adhère pas - dans de nombreux cas, ce sont de vieux traités, de vieux accords. Alors, nous nous retirons aussi. Je pense donc que ce qui va se passer, c'est que nous allons nous retirer et qu'ils vont revenir et vouloir conclure un accord. Nous avons eu de très bonnes relations avec la Russie ces derniers temps. Et vous pouvez le constater en ce qui concerne le pétrole et ce qui se passe avec le pétrole."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK