Les États-Unis progressent vers la fin des "bump stocks" qui permettent de tirer en rafales

Les États-Unis progressent vers la fin des "bump stocks" qui permettent de tirer en rafales
Les États-Unis progressent vers la fin des "bump stocks" qui permettent de tirer en rafales - © GEORGE FREY - AFP

Les autorités américaines ont franchi samedi une nouvelle étape d'un long processus réglementaire visant à interdire les "bump stocks", ces dispositifs permettant à un fusil de tirer en rafales automatiques.

Le ministère de la Justice a soumis un texte en ce sens au Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche, organisme chargé de superviser les règlements élaborés par les agences fédérales.

Une avancée significative

"Le président Trump est résolument engagé à assurer la sécurité de chaque Américain et il nous a demandé de proposer un règlement sur les bump stocks", a justifié le ministre de la Justice, Jeff Sessions.

Une fois le feu vert donné par la Maison Blanche, le texte sera publié et débattu publiquement, avant la mise en vigueur d'une version finale.

Cette avancée relative dans le processus illustre la volonté de l'exécutif de régler la question des "bump stocks", au sujet desquels ont surgi des appels à l'interdiction après le massacre commis le 1er octobre 2017 lors d'un concert de musique country à Las Vegas.

Une technologie meurtrière

Le "bump stock" est une crosse amovible qui utilise l'énergie du recul de l'arme pour imprimer un mouvement de va-et-vient extrêmement rapide au fusil, dont les projectiles se rechargent au même rythme.

Le tueur de Las Vegas, dont 12 de ses fusils étaient équipés d'un tel système, a tiré à une cadence allant jusqu'à 9 balles par seconde. Cela lui a permis de faucher des centaines de spectateurs, faisant 58 morts.

La NRA, premier lobby des armes à feu en Amérique, ne s'est pas vraiment mobilisée pour défendre les bump stocks. Elle s'est dite opposée à une nouvelle loi mais a accepté que l'ATF, l'agence fédérale qui régule les armes à feu, tranche la question.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK