Les Etats-Unis ont testé le largage de la future bombe nucléaire B61-12

Les Etats-Unis ont testé le largage de la future bombe nucléaire B61-12
Les Etats-Unis ont testé le largage de la future bombe nucléaire B61-12 - © ROB ENGELAAR - AFP

Le 25 août dernier, dans une grande zone militaire de 1620 kilomètres carrés dans le désert du Nevada, un bombardier américain F-35, identique à celui acheté par la Belgique, a réalisé un vol qualifié d’historique par certains Américains.

Le bombardier, lancé à une vitesse supersonique, a lâché une bombe nucléaire B61-12 factice au bon endroit, au bon moment. "La B61-12 inerte a frappé le sol du désert dans la zone désignée de la cible environ 42 secondes plus tard", ont indiqué les laboratoires Sandia, laboratoires nationaux du département de l’Energie. Ce sont ces laboratoires qui sont responsables de la production de la bombe B61-12.

Furtif

Cette bombe nucléaire B61-12 n’est pas anecdotique car elle est appelée à devenir la bombe nucléaire la plus commune de l’arsenal atomique américain. Le F-35 a lui aussi un atout militaire de taille : la bombe est transportée à l’intérieur même de la soute du bombardier et non à l’extérieur de l’avion, comme c’est parfois le cas. Cela permet à l’avion de rester furtif, c’est-à-dire invisible des radars, même quand il transporte une bombe nucléaire.

Ces premiers tests ont donc prouvé la compatibilité de la bombe nucléaire et du bombardier F-35. Selon les données initiales récoltées, tous les systèmes et interfaces entre la bombe et le bombardier ont fonctionné comme prévu.

Ces bombardiers F-35 ont été commandés en 34 exemplaires par la Belgique. Leur production démarrera en 2022.

Les parlementaires belges ont interrogé les ministres de la Défense successifs sur la possibilité d’emport d’une bombe nucléaire pour les F-35 achetés par la Belgique, sans jamais obtenir de réponse claire. Voilà qu’une réponse précise commence à se préciser.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK