Les États-Unis menacent de sortir du FNI, le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire

Les États-Unis menacent de sortir du FNI, le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire
Les États-Unis menacent de sortir du FNI, le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire - © JOHN THYS - AFP

Les États-Unis sortiront du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) dans 60 jours à compter d'aujourd'hui si la Russie ne se met pas en conformité avec ce texte, a indiqué mardi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. "La balle est dans le camp de Moscou", a-t-il encore affirmé. De son côté le secrétaire général de l'OTAN a indiqué que les alliés planchent sur une réponse développée collectivement et de façon mesurée.

"Washington suspendra ses obligations dans le cadre du Traité FNI dans les 60 jours à moins que la Russie ne se conforme à respecter le traité", a indiqué M. Pompeo. "Nous espérons que les Russes changeront de direction, mais il n'y a aucune garantie qu'ils le feront."

"Les Etats-Unis ont respecté scrupuleusement le traité et ont appelé Moscou à trente reprises depuis 2013 à le respecter. Faute de quoi, nous avons également averti qu'il y aurait des conséquences. La Russie a poursuivi à nier les violations du traité FNI. Durant plus de quatre ans, la Russie fait semblant de ne pas savoir de quels missiles il s'agissait, malgré les preuves. En novembre 2017, nous avons rendu public le nom du missile développé. C'est alors que Moscou a changé de version et a affirmé avoir agi dans le respect du traité. Ces agissements rentrent dans le contexte plus large d'un comportement agressif de la Russie notamment en Ukraine et en Géorgie", a indiqué M. Pompeo.

Il n'y a plus d'intérêt pour les États-Unis de rester dans le traité

Le secrétaire d’État américain a également souligné que les États-Unis ne voyaient pas l'intérêt de continuer à se conformer à un traité dont d'autres États, citant la Chine, l'Iran et la Corée du Nord, ne font pas partie. "Il n'y a plus d'intérêt pour les États-Unis de rester dans le traité avec ce type de menace. Nous avons pourtant tenté par trois fois de l'élargir à d'autres États, sans succès."

Les alliés européens ont apprécié le délais octroyé par les États-Unis, a fait savoir le chef de la diplomatie, Didier Reynders. Ils devraient multiplier les contacts avec Moscou d'ici fin janvier.

Ce traité signé en 1987 par les dirigeants américain et russe Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev vise le démantèlement par les deux puissances des missiles nucléaires et conventionnels dont la portée se situe entre 500 et 5.500 kilomètres.

Selon les Alliés, la Russie a remis en cause le traité en développant, produisant et déployant un nouveau missile baptisé 9M729 (SSC-8 dans la terminologie de l'Otan), qui a une capacité nucléaire et peut atteindre l'Europe. Selon eux, la Russie a d'abord nié disposer d'un système de missile comme le 9M729 avant d'en admettre l'existence, mais tout en continuant à contester qu'il viole le traité INF.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK