Les Etats-Unis affirment "avoir l'oeil" sur le programme nucléaire iranien

Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney le 21 juin 2012 à Washington
Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney le 21 juin 2012 à Washington - © Jewel Samad

Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a déclaré vendredi que Washington "avait l'oeil" sur le programme nucléaire iranien, ajoutant que les Etats-Unis seraient au courant de toute avancée majeure de Téhéran vers l'arme atomique.

Jeudi, le quotidien israélien Haaretz s'était fait l'écho d'un rapport secret des renseignements américains selon lequel les Etats-Unis et Israël seraient d'accord sur le fait que l'Iran a accompli des progrès significatifs "alarmants" vers l'arme nucléaire.

Refusant de rentrer dans le détail des questions relatives au renseignement, M. Carney a déclaré que Washington et Israel étaient sur la même ligne concernant les ambitions de l'Iran et son programme nucléaire.

"Nous avons l'oeil" sur le programme nucléaire iranien, a dit M. Carney, "nous avons une visibilité sur ce programme et nous serons informés si l'Iran parvenait à une avancée majeure vers l'arme atomique".

Jay Carney a ensuite précisé qu'il faisait référence aux inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'Iran étant signataire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

De nombreux experts estiment néanmoins que le programme nucléaire iranien est largement infiltré par les services de renseignements israéliens et occidentaux, aussi suspectés de plusieurs actes de sabotage.

Le porte-parole de la Maison Blanche a par ailleurs affirmé qu'il restait "du temps pour une option diplomatique, avec des sanctions de plus en plus sévères", mais que l'option militaire restait envisageable.

Suite à la publication d'Haaretz, le ministre israélien de la Défense Ehud Barak avait affirmé que le renseignement américain considérait que la question iranienne était devenue plus "urgente", ajoutant, qu'au vu des dernières avancées du programme iranien, il était difficile de savoir s'il pourrait être arrêté "à temps".

Les autorités américaines n'avaient pas réagi directement aux déclarations de M. Barak, mais le porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC) Tommy Vietor a toutefois répété vendredi que Washington jugeait que l'Iran n'était "pas sur le point de se munir de l'arme nucléaire".


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK