Les États membres s'en tiennent à l'objectif d'une baisse de 40% des gaz à effet de serre

Les États membres s'en tiennent à l'objectif d'une baisse de 40% des gaz à effet de serre
Les États membres s'en tiennent à l'objectif d'une baisse de 40% des gaz à effet de serre - © Jonas Hamers / ImageGlobe

Les ministres européens de l'Environnement ont confirmé mardi à Luxembourg leur ambition de réduire d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre à l'échelle de l'UE d'ici 2030 (par rapport à 1990), alors que la Commission européenne avait précédemment émis la volonté de porter cet objectif à 45%.

Le débat entre les ministres de l'UE intervenait au lendemain de la publication par les experts climat de l'ONU (Giec) d'un rapport insistant sur la possibilité de limiter le réchauffement climatique à 1,5°c à condition que les efforts soient intensifiés.

Dans les conclusions adoptées mardi par le Conseil dans la perspective de la conférence mondiale sur le climat (COP24) à Katowice, l'objectif de 40% est confirmé, mais il n'est par contre pas fait mention de la possibilité d'atteindre les 45%.

Selon les calculs du commissaire au Climat, Miguel Arias Canete, ce nouvel objectif serait toutefois atteint à condition que les décisions européennes en matière d'économies d'énergie et de développement des énergies renouvelables soient mises en œuvre.

Augmentation de la part des énergies renouvelables

Les objectifs dans ces deux domaines avaient été relevés en juin: 32,5% d'efficience énergétique en plus au lieu de 30%; et une augmentation à 32% de la part d'énergies renouvelables dans la demande totale, plutôt que 27%.

Lors de ce Conseil à Luxembourg, la Belgique n'était pas représentée au niveau ministériel, mais uniquement par son représentant permanent adjoint auprès de l'Union européenne. Cette absence ministérielle a notamment été fustigée par la co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi.

"On a plus de ministres de l'Environnement en fonction que de centrales nucléaires en marche et pourtant la Belgique n'est pas représentée à la réunion européenne qui discute du rapport Giec, de la COP24 et des émissions CO2 automobiles", a-t-elle déploré sur le réseau social Twitter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK