Les entreprises flamandes s'intéressent au "tigre" vietnamien

Les entreprises flamandes s'intéressent au "tigre" vietnamien
Les entreprises flamandes s'intéressent au "tigre" vietnamien - © HOANG DINH NAM - AFP

Une mission économique flamande dirigée par le ministre-président Geert Bourgeois a entamé dimanche une visite d'une semaine au Vietnam, une puissance économique émergente de bientôt cent millions d'habitants aux airs de "tigre asiatique".

La taille de cette mission - forte de 66 entreprises et organisations - organisée par l'agence flamande au commerce extérieur Flanders Investment & Trade (FIT), témoigne, selon M. Bourgeois (N-VA), de l'intérêt croissant que suscite le Vietnam comme partenaire commercial.

"C'est le moment d'être ici au Vietnam", a-t-il lancé dimanche depuis Hanoï.

Croissance entre 6 et 7 %

Ce pays d'Asie du sud-est - une république socialiste qui vit toujours sous le régime du parti unique, le parti communiste vietnamien (PCV) - connaît une croissance très vigoureuse, de l'ordre de 6% à 7% par an depuis plusieurs années, avec de forts flux d'investissements étrangers, équivalents à 6,2% du PIB en 2016, dans une gamme croissante de secteurs exportateurs, dont l'électronique. Il peut aussi compter sur un marché domestique important, grâce à une population de plus de 90 millions d'habitants.

"C'est une prestation immense", a souligné le représentant commercial flamand au Vietnam, Wouter Vanhees. "En 1986, c'était l'un des pays les plus pauvres au monde. Maintenant, moins de 3% de la population est considérée comme pauvre", a-t-il ajouté en soulignant l'émergence d'une classe moyenne.

"Le Vietnam est un pays offrant de nombreuses opportunités, dans des domaines dans lesquels la Flandre est forte, comme l'alimentaire, les machines-outils, l'infrastructure ou les services", a renchéri M. Bourgeois.

Accord commercial Vietnam - UE

Le Vietnam devrait aussi bénéficier d'accords commerciaux, à l'image de celui de libre-échange conclu avec l'Union européenne en 2015 après deux ans et demi de négociations intenses et qui devrait être ratifié cette année et de l'accord de libre-échange transpacifique (TPP), signé en mars par onze pays des deux rives du Pacifique, rassemblant près de 500 millions de personnes, en dépit du retrait des Etats-Unis.

Selon M. Bourgeois, l'entrée en vigueur de l'accord de libre échange UE-Vietnam devrait donner une nouvelle impulsion au commerce entre les deux partenaires. La Flandre peut ainsi espérer y exporter d'ici trois ans pour un milliard d'euros - contre un peu moins de 500 millions d'euros annuels actuellement.

M. Vanhees a toutefois souligné que de nombreux défis attendaient encore ce "tigre asiatique", comme l'absence de véritable secteur privé - l'essentiel de l'économie est aux mains de grandes et lourdes entreprises d'Etat - et la corruption, largement répandue.

L'environnement est aussi une préoccupation et l'eau est rare. Ce qui offre toutefois des opportunités pour les entreprises flamandes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK