Les employés fédéraux dénoncent le "shutdown", Trump reste inflexible

Plusieurs centaines d'employés fédéraux non payés depuis la fermeture partielle des administrations américaines ont manifesté mercredi à Washington alors que le bras de fer continue entre le président Donald Trump et l'opposition démocrate après plus d'un mois de "shutdown".

Environ 500 personnes ont occupé pacifiquement pendant plusieurs heures un bâtiment annexe du Congrès à l'appel de plusieurs syndicats et organisations représentant les fonctionnaires et salariés d'entreprises sous-traitantes.

Ils ont protesté en silence pendant 32 minutes, symbole de la durée de cette paralysie (entrée dans son 33e jour).

Ce mois-ci va être très difficile

Si les employés fédéraux sont assurés d'être payés rétroactivement, leurs homologues du secteur privé doivent faire une croix sur leur salaire.

"Cela fait cinq semaines maintenant que je n'ai pas travaillé, à part un ou deux jours", témoigne à l'AFP Claudia Martinez, employée d'une société sous-traitante à la cafétéria de la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès.

Elle a un second emploi dans une société touristique. "Mais ils ne m'appellent pas, le mois de janvier est toujours très faible", dit-elle.

"Jusqu'ici, nous avons puisé dans nos économies, mais ce mois-ci va être très difficile", poursuit cette mère de famille de 43 ans, qui doit rembourser chaque mois les 400 dollars du prêt étudiant d'un de ses enfants.

"Le shutdown affecte le pays entier", dit à l'AFP Francis Nichols, responsable local du syndicat de fonctionnaires AFGE.

"J'entends beaucoup de gens se demander quelle facture ils doivent payer en priorité", explique-t-il. "D'autres doivent choisir entre payer leurs factures et faire le plein de leur voiture pour venir travailler".

Donald Trump et l'opposition démocrate sont engagés dans un bras de fer autour de l'impasse budgétaire qui a poussé quelque 800.000 employés fédéraux au chômage forcé, ou à travailler sans solde.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK