Les Emirats arabes unis veulent "normaliser" leurs relations avec Israël, mais pas en cas de nouvelles annexions en Cisjordanie

Les Emirats arabes unis veulent "normaliser" leurs relations avec Israël, mais pas en cas de nouvelles annexions en Cisjordanie
Les Emirats arabes unis veulent "normaliser" leurs relations avec Israël, mais pas en cas de nouvelles annexions en Cisjordanie - © Oleksii Liskonih - Getty Images/iStockphoto

L’ambassadeur des Emirats arabes unis aux Etats-Unis a appelé vendredi à la "normalisation" des relations avec Israël, posant cependant comme condition que l’Etat hébreu renonce à annexer des pans de la Cisjordanie.

Dans une tribune publiée par le quotidien israélien "Yediot Aharonot", Youssef al-Otaïba a assuré que le "potentiel de rapprochement avec Israël pourrait disparaître si l’annexion a lieu."

"Nous voulons parler directement aux Israéliens, mais tous les efforts récents en ce sens seraient sabotés si les projets d’annexion étaient mis en œuvre", affirme le diplomate dans ce texte accompagné d’une vidéo en anglais.


►►► À lire aussi : La Belgique va-t-elle reconnaître l’État palestinien ? La proposition de résolution adoptée en commission


Israël doit dévoiler le 1er juillet sa stratégie pour le plan élaboré par l’administration américaine, qui prévoit notamment l’annexion par Israël de ses colonies et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l’Etat hébreu depuis 1967.

Les Palestiniens rejettent en bloc ce plan et tentent de mobiliser leurs appuis, notamment en Europe, afin de faire pression sur Israël pour que le pays abandonne ce projet d’annexion.

Historiquement, les pays arabes, hormis l’Egypte et la Jordanie, ont fait du règlement du conflit israélo-palestinien la condition de la normalisation de leurs relations avec Israël.

Mais au cours des dernières années, les autorités israéliennes ont développé des relations officieuses avec des pays du Golfe, dont les Emirats arabes unis.

Fin de 500 jours de crise politique en Israël, sujet jt du 17 mai

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK