Les décisions d'importer des aliments OGM doivent se prendre au niveau européen

Les décisions d'importer des aliments OGM doivent se faire au niveau européen
Les décisions d'importer des aliments OGM doivent se faire au niveau européen - © Flickr-jemasmith

Les députés européens viennent de voter contre un projet de loi de la Commission européenne qui voulait permettre à chaque État membre de prendre lui-même la décision d'importer, ou pas, des aliments OGM. Cette formule, où chacun fait ce qu'il veut, avait pourtant fonctionné pour la culture des organismes génétiquement modifiés. Aujourd'hui, 19 pays de l'Union européenne refusent d'ailleurs la culture du maïs transgénique sur leur territoire.

Mais si ce système peut fonctionner pour l'agriculture, il ne peut pas s'appliquer aux marchandises qui contiennent des OGM. C'est en tout cas l'avis de députés européens. Dans un marché unique, cela reviendrait à remettre en place des contrôles entre les 28, voire à l'intérieur même d'un pays comme la Belgique. La Flandre, traditionnellement plus favorable aux OGM, pourrait en effet autoriser l'importation d'aliments contenant des OGM alors que Bruxelles et la région wallonne pourraient vouloir les interdire.

Et comme les États membres non plus ne semblent pas très chaud à cette idée, le projet de la Commission européenne ne verra sans doute jamais le jour. La procédure d'autorisation pour l'importation d'aliments OGM pour l'alimentation humaine ou animale continuera à être décidée au niveau européen.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK