Les conservateurs eurosceptiques remportent les législatives polonaises

Les conservateurs eurosceptiques remportent les législatives polonaises
Les conservateurs eurosceptiques remportent les législatives polonaises - © Belga
(Belga) Les conservateurs catholiques du parti eurosceptique polonais Droit et Justice (PiS) ont remporté les législatives de dimanche en obtenant 37,58% des suffrages, a annoncé lundi la commission électorale.La commission a indiqué qu'elle ne préciserait que mardi le nombre de sièges obtenus par le parti de Jaroslaw Kaczynski, mais d'après des projections faites dès dimanche par un institut de sondages, ce résultat lui garantit la majorité absolue des sièges au parlement. Ainsi, le PiS devrait devenir le premier parti politique à pouvoir former un gouvernement et gouverner seul depuis la chute du régime communiste en Pologne en 1989. Il pourra compter sur de bonnes relations avec le président Andrzej Duda, élu en mai avec son soutien. Les libéraux centristes de la Plateforme civique de la Première ministre sortante Ewa Kopacz obtiennent 24,09% des voix et se retrouvent dans l'opposition après huit années au pouvoir. Ils sont suivis par deux nouveaux venus, le mouvement anti-système du rockeur Pawel Kukiz, avec 8,81% et le parti Nowoczesna (Moderne) du néo-libéral Ryszard Petru, avec 7,60%. Le parti paysan PSL, allié des libéraux au sein du gouvernement sortant, franchit avec difficulté, avec à peine 5,13% des voix, le seuil d'éligibilité de 5%. La gauche sera totalement absente du nouveau Parlement, en raison de la concurrence que se sont livrée ses deux formations. La coalition Gauche unifiée, qui obtient 7,55% des voix, n'atteint pas le seuil d'éligibilité (de 8% pour les coalitions), essentiellement en raison du succès inattendu du jeune parti Razem, qui totalise 3,62%. Dès l'annonce complète des résultats par la commission électorale nationale, attendue mardi en début de soirée, le président de la République doit fixer la date de la première session du nouveau Parlement qui devrait se tenir au plus tard le 24 novembre, pour ne pas dépasser le délai de 30 jours à compter de la date du scrutin. Lors de cette session, le Premier ministre sortant présente sa démission et le président désigne la personne chargée de former le nouveau gouvernement. (Belga)
Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK