Les civils afghans tués par l'armée US souvent privés de justice

"Aucun des cas que nous avons examinés, soit 140 morts parmi les civils, n'a entraîné de poursuites au sein de l'armée américaine. Des éléments indiquant que des crimes de guerre et des homicides illégaux auraient été commis ont apparemment été volontairement ignorés", affirme Richard Bennett, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

L'association a mené des enquêtes détaillées sur dix événements qui ont eu lieu entre 2009 et 2013 et dans lesquels des civils, notamment des femmes enceintes et des enfants, ont été tués. Malgré les "nombreux éléments irréfutables indiquant que des crimes de guerre ont été commis", personne n'a été poursuivi pénalement, dénonce Amnesty.

Les enquêtes criminelles formelles visant des homicides de civils en Afghanistan sont extrêmement rares. "A la connaissance d'Amnesty International, depuis 2009 seules six affaires ont donné lieu à des procès de militaires américains."

Amnesty appelle l'armée américaine à enquêter sur les cas cités dans le rapport et les responsables politiques à réformer en profondeur le système de justice militaire.

Amnesty dénonce encore le manque de transparence de l'armée américaine, qui refuse de fournir des données globales sur les responsabilités en matière de pertes civiles et apporte rarement des informations sur des affaires individuelles.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK