Les chutes Victoria presque à sec : conséquence du réchauffement climatique ou phénomène classique ?

Environ 1700 mètres de large pour 108 mètres de hauteur au maximum : les chutes Victoria, sur le fleuve Zambèze, à la frontière entre la Zambie et le Zimbabwe, sont des forces de la nature qui rivalisent de puissance avec les chutes du Niagara.

Mais le spectacle est devenu moins impressionnant ces dernières heures : en pleine saison sèche, le niveau d’eau est plus bas que les années précédentes selon des témoins. "Les années précédentes, quand il fait sec, ce n’est pas à ce point-là", commente un vendeur de souvenir interrogé par l’agence Reuters.

Selon Edgar Lungu, président de la Zambie, c’est "un rappel brutal de ce que le changement climatique fait à notre environnement". Ces propos, publiés sur son compte Twitter, sont accompagnés de photos des chutes privées d'eau. Sur le réseau social, il ajoute : "Nous n'avons pas le temps de jouer avec le changement climatique. Nous devons nous unir et trouver des solutions."

Notons pourtant que le record du plus bas niveau enregistré en 1995 n’a pas encore été battu. Il n’empêche, comme on peut le voir sur le graphique ci-contre extrait du site internet de la Zambezi River Authority, la zone a connu des années bien plus fastes. La saison 2019-2010 venant à peine de commencer, il est trop tôt pour diagnostiquer une tendance lourde.

Pour les scientifiques, il faudra aussi attendre un peu pour en savoir plus sur le phénomène. "Il y a toujours eu des sécheresses", note Harald Kling, un hydrologue qui connaît bien la région, cité par Reuters. Si ces phénomènes deviennent plus fréquents, là oui on pourra dire que c’est un effet du changement climatique."

Richard Beilfuss, qui dirige l'ONG de défense de l'environnement International Crane Foundation, apporte un autre son de cloche. Le changement climatique causerait un retard de la mousson : les fortes pluies seraient donc concentrées sur des moments plus courts, "elles sont plus difficiles à stocker, ce qui cause une saison sèche plus longue et difficile".

Sur les réseaux sociaux, les habitants de la région affirment que la sécheresse est déjà terminée. Les chutes sont "aussi majestueuses que d'habitude", affirme une internaute, vidéo à l'appui. "Le niveau d'eau est remonté parce que la saison sèche arrive à sa fin", ajoute un autre.

Pour Luke Brown, qui gère une agence spécialisée dans les safaris, tout ça est une catastrophe... économique. "On reçoit des demandes d'annulations, basées sur des informations erronées ou des communiqués de presse embellis." Il joint à son message une photo des chutes où l'eau coule à flots en plein milieu.

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK