Des centaines de milliers de Britanniques défilent à Londres en faveur d'un nouveau référendum sur le Brexit

Des centaines de milliers, plus d'un million selon les organisateurs, partisans d'un nouveau référendum sur le Brexit défilent ce samedi dans les rues de Londres. Une mobilisation qui accentue le climat de tension au moment où la Première ministre Theresa May hésite à soumettre son accord de divorce aux députés. Cette manifestation intitulée "anti-Brexit March" déambule dans les rues de Londres depuis midi.

Les participants ont déployé des banderoles proclamant que "Le meilleur accord, c'est aucun Brexit!" et "Nous réclamons une consultation populaire!". Les organisateurs ont indiqué qu'il pourrait s'agir de la plus grande manifestation anti-Brexit à ce jour. Ils avaient bon espoir que le chiffre de 700.000
manifestants, atteint selon les organisateurs lors d'un rassemblement du même type en octobre, soit battu.

Des personnalités

Des personnalités politiques de toutes tendances et des célébrités, à l'instar de l'actrice Keira Knightley, ont annoncé leur participation à cette "marche" qui sera ponctuée de nombreuses prises de paroles.

Dès samedi matin, les participants, venant des quatre coins du Royaume-Uni, partageaient abondement sur les réseaux sociaux les photos de leurs préparatifs, entre drapeaux européens et pancartes "révoquer l'article 50" du Traité de Lisbonne, qui régit la sortie d'un pays de l'UE. Mais les manifestants ne sont pas uniquement londoniens. Certaines photos de bus, cars et autres voitures transportant des citoyens venus des quatre coins du Royaume-Uni ont aussi été partagées sur Facebook, notamment.

Cette marche intervient deux jours après la décision des dirigeants européens d'accorder au Royaume-Uni deux options pour un report du Brexit au-delà de la date initialement prévue du 29 mars, fixant désormais au 12 avril au plus tôt l'échéance fatidique, près de trois ans après le référendum qui a décidé d'une sortie de l'UE.


►►► À lire aussi : Voici les deux dates proposées et les différents scénarios possibles pour le Brexit


 

"Mauvais accord"

Farouche opposante au Brexit, la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, qui participera à la manifestation, a appelé ceux qui rejettent une sortie de l'UE à profiter "au maximum de l'opportunité" offerte par le délai accordé par Bruxelles. "Nous devons éviter à la fois la catastrophe d'un 'no deal' et les dégâts qu'engendrerait le mauvais accord de la Première ministre" Theresa May, a déclaré Mme Sturgeon.

"La décision de l'UE de reporter les choses au moins jusqu'au 12 avril a ouvert une fenêtre et ceux parmi nous qui sont opposés au Brexit doivent saisir la chance qui s'offre", a-t-elle poursuivi. Une prise de parole de la dirigeante écossaise est prévue dans le cadre de la marche londonienne de ce samedi.

L'option d'un second référendum avait été rejetée le 14 mars par la Chambre des communes, et rencontre également l'opposition de la Première ministre conservatrice Theresa May, mais ses partisans espèrent que le chaos ambiant au Royaume-Uni finira par rendre cette option inévitable.


►►► À lire aussi : Voici la nouvelle stratégie de Theresa May pour le Brexit


La Première ministre tentait péniblement de son côté de rallier les soutiens derrière son accord de retrait de l'Union européenne, afin de le soumettre au vote des députés la semaine prochaine, et dont l'adoption permettrait, selon les conclusions des dirigeants européens, un court report technique du Brexit jusqu'au 22 mai.

Mais l'affaire est loin d'être gagnée: conclu après 17 mois de difficiles négociations avec Bruxelles et destiné à mettre en oeuvre un Brexit en douceur, le texte est très loin d'avoir convaincu les députés britanniques qui l'ont déjà rejeté, massivement, à deux reprises, le 15 janvier puis le 12 mars. Du côté des citoyens, une pétition lancée par le parlement sur un second référendum attire tous les regard par son taux historique de signatures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK