Les attaques multiples de Trump contre la Chine unique

Pas encore investi, le président élu Donald Trump a déjà généré un incident diplomatique avec Pékin. Le premier a eu lieu le 2 décembre lorsque Donald Trump, converse au téléphone avec la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, du jamais vu depuis près de 40 ans. Les critiques pleuvent face à cette entorse à la ligne diplomatique américaine mais pas de quoi déstabiliser le milliardaire qui enfonce le clou dimanche dernier, lors d’une interview à la chaine Fow News.

" Je comprends parfaitement la politique de la Chine unique… Mais je ne vois pas pourquoi nous devrions être lié par la politique de la Chine unique, à moins que l’on passe un accord avec la Chine " explique-t-il calmement.

Cette politique de la Chine unique, c’est un point d’équilibre des relations diplomatiques entre Washington et Pékin depuis 1972, depuis la rencontre historique entre Richard Nixon et Mao. Officieusement, il s’agit pour les Américains de ne pas remettre en question l’appartenance de Taïwan à la Chine. Dès 1979, cette ligne se concrétise par la rupture des relations diplomatiques avec Taïwan. Ce statu quo était respecté jusqu’à ce coup de fil de Donald Trump.

Des relations à renégocier

Pour le président élu, reconnaître la Chine unique n’est pas exclu mais il souhaite obtenir davantage en échange. Il précise ses conditions dans le reste de l’interview.

" Ça a à voir avec diverses choses, notamment le commerce. Ecoutez, la Chine nous fait beaucoup de mal avec ses dévaluations, en nous taxant lourdement à ses frontières alors que nous ne le faisons pas, avec leur construction d’une immense forteresse au sud de la mer de Chine – ce qu’ils ne devraient pas faire – et franchement, aussi avec le fait qu’ils ne nous aident pas du tout avec la Corée du Nord dotée de l’arme nucléaire. La Chine pourrait résoudre ce problème et ils ne nous aident pas du tout. "

Il faut reconnaître à Donald Trump une certaine cohérence. Ce discours, ces arguments ne sont pas nouveaux dans la bouche du milliardaire. La volonté de ne plus faire de cadeau à Pékin était au cœur de sa campagne.

Vive réaction de Pékin

Sans surprise, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères s’est dit " gravement préoccupé ". Et à son tour, Pékin menace de représailles si Washington ne reconnaissait plus la Chine unique : " Il ne saurait plus être question de croissance saine et régulière des relations sino-américaines ni de coopération bilatérale dans d’importants domaines ".

Dans moins d’un mois, après son investiture, la parole de Donald Trump engagera la diplomatie américaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK