Les "aliens" de la zone 51: deux millions de personnes voulaient prendre d'assaut une base militaire du Nevada

"Something big is coming…" annonce en grand le site Internet du festival "Alien Stock", qui aura lieu du 19 au 22 septembre dans la petite ville de Rachel, au Nevada. Quelque chose de grand, voire d’énorme car sur la page Facebook de l’événement, plus de 2 millions de personnes ont répondu qu’elles seraient présentes. Et un autre million et demi de personnes se disent, elles, "intéressées".

Un canular pris au sérieux

Mais de quoi s’agit-il ? A l’origine de ce rendez-vous, plusieurs organisateurs actifs sur les réseaux sociaux et dans l’univers des jeux vidéos, dont Matty Roberts, un jeune Californien. Il y a quelques semaines, il crée un événement Facebook qu’il intitule "StormArea51". Littéralement, "prendre d’assaut la zone 51", une base militaire de l’US Air force située dans le désert du Nevada. Cet endroit, ultra-protégé et secret est, depuis des années, au centre de l’attention des chasseurs d’extraterrestres et des adeptes des théories du complot autour des "phénomènes extraterrestres". L’objectif de Roberts est de percer le mystère et d’aller "voir les aliens" par lui-même, en prenant la base d’assaut avec des dizaines de milliers de personnes. "On se retrouvera au fin fond du Nevada et on se coordonnera. Si on court comme Naruto (un personnage de manga très populaire, ndlr), on peut aller plus vite que leurs balles. Allons voir les aliens", écrit-il sur sa page Facebook.

Matty Roberts affirmera par la suite que tout cela était un canular et qu’il voulait surtout bien rigoler et s’attirer des "likes" sur Facebook.

Problème : 2 millions de personnes confirment leur présence à l’événement. Ce qui dépasse toutes ses espérances et le fait repérer aussi bien par Facebook que par les autorités américaines. Le géant des réseaux sociaux a retiré cet événement de sa plateforme, car il va à l’encontre des valeurs de l’entreprise, dit-il.

Un festival plutôt qu’un assaut

Bien conscient qu’il doit trouver une solution au problème qu’il a lui-même créé, Matty Roberts a alors décidé de transformer son "assaut" en un grand week-end de festival de musique, dans la petite ville de Rachel. Il n’attend désormais plus 2 millions de personnes, mais environ 20.000. Ce qui garantit tout de même un changement d’atmosphère radical, pour cette petite ville d’environ 50 habitants qui dispose d’un seul motel-restaurant, pour le coup lui-même déjà pris d’assaut.

Sur son site internet, Roberts explique que Rachel a été choisie car c’est la ville la plus proche de la zone 51. "Ils ne pourront pas nous empêcher de nous rassembler et d’honorer les aliens !", écrit-il sur son site internet. "Qu’on l’organise ou pas, ce projet nous échappe désormais. Notre principal objectif est de construire une infrastructure temporaire à Rachel".

Quant au contenu de ce festival, il reste, à l’image des extraterrestres, très mystérieux. Roberts promet quelque chose d’unique, un lieu de rassemblement pour tous ceux qui croient aux aliens et qui veulent pouvoir en discuter librement.

Pas les bienvenus à Rachel

Face à l’afflux de personnes attendues, Rachel a bien dû prendre les devants. Sur son site internet, la petite ville a clarifié quelques points importants. Notamment que cet événement n’est pas vraiment le bienvenu. "Restez éloignés de la partie résidentielle de Rachel. La plupart des résidents n’apprécient pas la tournure que prend cet événement et répondront en conséquence", peut-on ainsi lire sur le site.

D’un point de vue plus pratique, la ville prévient qu’il n’y a pas de station-service ou de magasins. "Si vous projetez de participer à cet événement, vous devez avoir de l’expérience en matière de camping et de survie dans un environnement désertique difficile, et disposer d’un véhicule en bon état. Vous devez disposer de votre propre nourriture, eau, gaz, etc. Nous nous attendons à ce que le réseau téléphonique et internet soient hors service."

Elle précise enfin que toutes les forces de sécurité ainsi que plusieurs agences fédérales sont en alerte maximale, et que toute personne qui essaiera de s’introduire dans la zone 51 sera arrêtée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK