Les 5 premiers mois de 2010, les plus chauds jamais relevés

Ce n'est pas parce que l'hiver nous a semblé plus rude et plus long cette année que le réchauffement planétaire ne s'est pas poursuivi. Au contraire: la température combinée de la terre et des océans de janvier à mai a affiché 0,68 degré celsius de plus que la moyenne du XXe siècle, précise l'institut météorologique américain.

Les mois de mars, avril et mai en particulier ont enregistré des températures jamais atteintes auparavant, en moyenne supérieures de 0,73 degré celsius au siècle précédent, selon les données rendues publiques au mois de juin.

Seule l'année 1998 présente autant de mois de températures records (février, juillet et août).

C'est aussi en 1998 qu'avaient été enregistrés les cinq précédents premiers mois de l'année les plus chauds et jusqu'à présent 2010 dépasse les températures relevées à l'époque.

Des situations contrastées mais un réchauffement global

La planète s'est particulièrement réchauffée depuis le début de l'année au Canada, dans le nord des Etats-Unis, dans le sud du Groenland, en Afrique du Nord, en Asie du Sud-Ouest, en Sibérie, dans le sud de l'Australie.

Des conditions météorologiques plus fraîches que la normale ont été observées dans le sud-est des Etats-Unis, en Asie centrale et en Europe de l'Ouest. L'Allemagne a ainsi connu son mois de mai le plus froid depuis 1991.

En mai, la banquise de l'Arctique a fondu 50% plus vite qu'habituellement à cette époque, note l'institut américain.

A l'inverse, au même moment, la mer de glace de l'Antarctique était 7,3% plus étendue que la moyenne de 1979 à 2000.

Les années les plus chaudes à l'échelle de la planète sont concentrées dans la décennie écoulée, la plus chaude que la Terre ait connu depuis que les relevés de température systématiques ont été entrepris. L'année 2009, à l'échelle planétaire, s'était classée comme 5ème année la plus chaude; et 11ème à l'échelle belge.

 
T.N. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK