Législatives françaises: la victoire des macronistes moins écrasante que prévue

Législatives françaises: la victoire des macronistes moins écrasante que prévue
5 images
Législatives françaises: la victoire des macronistes moins écrasante que prévue - © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP

Ce dimanche 47 millions d'électeurs français étaient appelés à exprimer leur vote pour élire leurs 577 députés dans le cadre du second tour des élections législatives. La première information est que nombreux d'entre eux n'ont pas répondu à cet appel.

Au premier tour l’abstention avait atteint un niveau record de 51,29%. Le taux de participation était un des grands enjeux de ce second tour. Or, à 17h, la participation s’établissait à 35,33% en très forte baisse par rapport au deuxième tour de 2012 et de 2007 (46,42% en 2012 et 49,58% en 2007) ainsi que par rapport au premier tour (40,75%).

Autre grand enjeu, les résultats des candidats du mouvement du président Macron, LREM, qui obtiendra la majorité absolue mais le président ne disposera finalement "que" de 352 à 360 élus en cartel avec le MoDem. Soit moins que les plus de 400 députés souvent annoncés.

Le PS, laminé, reste la première force politique à gauche

En miroir du suspense sur l'étendue de la victoire du mouvement présidentiel, un autre point essentiel était l'étendue de la débâcle socialiste, le PS étant assuré de perdre des centaines d'élus par rapport à 2012. Le parti du président sortant n'avait même pas obtenu 10% des suffrages au premier tour mais le groupe PS et ses alliés ont limité tant que faire se pouvait la casse au second tour avec 49 députés. Ils sont d'ailleurs parvenu à empêcher le parti de Jean-Luc Mélenchon, la France Insoumise, alliée aux communistes, de devenir la première force politique à gauche (30 sièges annoncés). 

A droite, les Républicains que le succès du parti En Marche! menaçait d'explosion (pour rappel le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Economie du président Macron sont deux 'transferts' issus des rangs républicains), ont plutôt bien résisté puisqu'avec 125 à 130 sièges, ils auront de quoi peser dans l'Assemblée. Le Front national lui n'obtient pas le nombre d'élus suffisant pour constituer un groupe parlementaire (15) mais Marine Le Pen fait son entrée à l'Assemblée nationale (après avoir échoué quatre fois d'affilée à devenir députée), suivie de cinq autres élus frontistes.

Vous avez pu suivre cette journée et cette soirée électorales en direct ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir